Paris : forcées à se prostituer pour payer leurs dettes auprès de trafiquants de faux billets

Par , publié le
Faits Divers
Prostitution (photo d'illustration)

3 jeunes femmes ont été forcées à se prostituer par des trafiquants après avoir été interpellées en possession de faux billets qu’elles écoulaient dans des magasins pour le compte de leurs tortionnaires.

C’est une histoire sordide que relaient nos confrères de RTL.fr. Trois jeunes femmes, dont une mineure, auraient été forcées à se prostituer par un groupe de 4 hommes à qui elles devaient de l’argent.

Les quatre suspects ont été interpellés et devront répondre des faits de proxénétisme aggravé et séquestration.

Plusieurs semaines de calvaires

Toute cette histoire commence il y a trois mois lorsque ces trois jeunes femmes font la connaissance de ces quatre hommes qui deviendront leurs bourreaux. Profitant de la fragilité psychologique de leurs victimes (toutes en rupture avec leur famille), les malfrats demandent aux trois jeunes filles d’écouler de faux billets de banque en dans différents magasins.

Mais le manège ne durera pas bien longtemps et les trois jeunes filles seront interpellées avec une quantité de faux billets qui seront saisis dans la foulée. Un manque à gagner que n’accepteront pas leurs tortionnaires.

Prostituées et séquestrées

Cette arrestation ne sera pas du goût des quatre trafiquants qui estimeront dès lors que leurs victimes ont une dette envers eux. Pour leur faire payer, ils commenceront par les violenter avant de les séquestrer et de les forcer à se prostituer dans des chambres d’hôtel où elles recevront jusqu’à huit clients par jour.

Un calvaire qui durera jusqu’à ce qu’une des victimes parvienne à contacter sa mère qui alertera les forces de l’ordre. La Brigade de répression du proxénétisme (BRP) de la police judiciaire procédera à l’interpellation des quatre suspects dans la foulée dans le XIXe arrondissement de Paris. Ils devraient être mis en examen pour séquestration et proxénétisme aggravé et risquent une lourde peine, car l’une des victimes était mineure.

Crédits photos : aerogondo2/Shutterstock.com

Partager cet article