Paris : un faux kamikaze menace de se faire sauter devant une brasserie

Par , publié le
Faits Divers Photo d'illustration. Police nationale
Photo d'illustration. Police nationale

Lundi après-midi, un homme a menacé de se faire exploser devant une brasserie parisienne, avant que l'on ne découvre qu'il s'agissait d'un faux kamikaze ne transportant aucune bombe.

Les faits se sont déroulés lundi dans le XIIe arrondissement de Paris. Peu avant 14h00, un automobiliste se gare devant la brasserie L'Européen. Fredj, responsable de l'établissement, estime cependant que le créneau n'a pas été bien effectué, et de demander au conducteur de "stationner plus loin".

L'automobiliste, décrit comme un homme maigre vêtu d'une petit barbe et d'un t-shirt rouge, se met alors à crier : "Je vais tous vous faire exploser. J’ai une bombe. Vous allez tous mourir !" Et si, dans des propos recueillis par Le Parisien, Fredj reconnaît avoir pris au sérieux les propos du conducteur, il a quand même bondi sur ce dernier avant de le ceinturer.

Faux kamikaze à Paris : le responsable d'une brasserie a "sauté" sur l'individu

Pendant que les serveuses restées à l'intérieur appellent la police, l'un des serveurs de la brasserie vient en renfort à Fredj : "Il a soulevé le tee-shirt pour voir s’il avait une ceinture explosive."

Et le responsable de L'Européen d'ajouter qu'entre-temps, deux policiers "qui venaient de la gare de Lyon et passaient avec une baguette sous le bras, sans doute en pause déjeuner, sont venus et nous ont demandé ce qu’il se passait. Puis ils l’ont menotté direct."

4.000 euros de manque à gagner

L'individu maîtrisé par les autorités, Fredj aperçoit "deux passagers sortir de la Peugeot noire et partir en courant vers la gare", et de découvrir ensuite que ces personnes redoutaient que l'automobiliste ne se fasse réellement exploser. Deux heures durant, il était pratiquement impossible de rejoindre les lieux en raison de l'établissement d'un périmètre de sécurité et de déviations routières autour de la brasserie.

Sur place, les démineurs du laboratoire central de la préfecture de police ne trouveront aucune charge explosive. Au total, 300 personnes ont été évacuées, et Fredj de sembler presque regretter que la panique ait conduit une grande partie de ses clients à ne pas régler leur note : "Beaucoup de nos clients sont d’ailleurs partis sans payer. On a un trou de 4.000 € dans la caisse !" Le faux kamikaze a été placé en garde à vue et envoyé plus tard dans l'après-midi à l’infirmerie psychiatrique de la préfecture de police, et ce afin d'y être soumis à "un examen de comportement".

Crédits photos : GERARD BOTTINO / Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus