Panama Papers : 560 contrôles fiscaux lancés en France

Par , publié le
Économie Une photo du 14 mars 2010 montrant le ministère de l'Economie et des Finances à Paris
Une photo du 14 mars 2010 montrant le ministère de l'Economie et des Finances à Paris

L’administration fiscale va contrôler les dossiers fiscaux de 560 contribuables français dont les noms ont été cités dans l’affaire.

Le scandale financier des Panama Papers va de nouveau faire parler de lui dans l’Hexagone. En effet, plusieurs mois après l’éclatement de cette affaire de fraude fiscale à grande échelle, le ministère de l’Économie, cité par nos confrères du journal Le Monde, a décidé de vérifier la situation de 560 contribuables français.

Des personnes citées dans le scandale

Bien entendu, les contrôles ne se font pas au hasard, selon Le Monde, les noms des 560 personnes dont les dossiers vont être examinés sont apparus dans le dossier Panama Papers.

Les enquêteurs devront établir si ces contribuables sont susceptibles d’avoir fraudé en cachant de l’argent sur des comptes offshore, en utilisant notamment des sociétés-écrans. Selon Christian Eckert, secrétaire d’État au budget, cité dans l’article du Monde, « Les contrôles ont commencé, il s’agit de passer au scanner l’ensemble des dossiers ». Un travail de longue haleine donc d’autant que ces sociétés-écrans, créées par le cabinet d’avocats panaméen au cœur du scandale Mossack Fonseca, sont basés dans plusieurs pays, dont îles Vierges britanniques, Singapour, Les Seychelles, ou encore les Bahamas.

Déjà 724 dossiers remontés

En plus de ces 560 nouveaux dossiers à l’étude, le service de traitement des déclarations rectificatives (STDR) créé à l’occasion de l’éclatement de l’affaire en 2013 a déjà étudié 724 dossiers de régularisation provenant du Panama.

Depuis sa création, le STDR a d’ores et déjà récupéré 6,7 milliards d’euros en impôts et pénalités pour la France. Toute personne souhaitant se « repentir » est invitée à contacter directement l’organisme.

Crédits photos : © AFP/Archives LOIC VENANCE

Partager cet article

Pour en savoir plus