Paludisme : recul de la mortalité de 60% en 15 ans

Par , publié le | modifié le
Santé Un enfant malade  allongé sous une moustiquaire dans un hôpital d'Abidjan le 24 avril 2015
Un enfant malade allongé sous une moustiquaire dans un hôpital d'Abidjan le 24 avril 2015

En l'espace de 15 ans et selon les chiffres de l'UNICEF et de l'OMS, le nombre de décès imputés au paludisme a chuté de 60%, ce qui correspond à environ 6,2 millions de vies sauvées.

S'il n'a pas totalement été éradiqué de la surface de la Terre, le paludisme est de plus en plus mis à mal depuis maintenant plusieurs années. En juillet dernier, l'Agence européenne du médicament validait un vaccin destiné aux pays où l'infection se veut endémique, en dépit d'une efficacité pas aussi complète qu'initialement espérée.

Et l'on apprend aujourd'hui, par des chiffres communiqués par l'UNICEF (Fonds des Nations Unies pour l'enfance) et l'OMS (Organisation mondiale de la santé) et rapportés par Ouest-France, que le paludisme tue de moins en moins. Depuis 2000, on observe ainsi un recul de 37% de nouveaux cas de paludisme, avec une mortalité elle aussi en diminution de 60% en l'espace de 15 ans. Ce dernier chiffre correspond à environ 6,2 millions de personnes sauvées.

Mortalité liée au paludisme : 37% de cas en moins depuis 2000

Le communique signé conjointement par l'UNICEF et l'OMS révèle par conséquent l'accomplissement du projet d'inverser la courbe du paludisme en 2015. Il s'agissait là, nous précise-t-on, de l'un des buts du Millénaire pour le développement. Le document rappelle que l'infection touche principalement des enfants, avec une majorité de victimes dont l'âge ne dépasse pas les cinq ans.

Environ 438.000 morts prévues pour 2015

Antony Lake, directeur exécutif de l'UNICEF, invite à poursuivre les efforts déjà consentis pour de futurs résultats encore plus significatifs : "Le paludisme tue principalement de jeunes enfants, particulièrement ceux qui vivent dans les endroits les plus pauvres et les plus isolés. Par conséquent la meilleure façon de célébrer les progrès accomplis est de s'engager à nouveau à les atteindre et à les traiter [...] Puisque nous pouvons le faire, nous devons le faire." Une poursuite du combat nécessaire puisque le rapport prévoit 214 millions de nouveaux cas en 2015, lesquels se révèleront mortels pour quelque 438.000 d'entre eux. Alors que le paludisme peut être prévenu et qu'il existe également des traitements permettant aux malades d'en être soignés.

Crédits photos : © AFP/Archives SIA KAMBOU

Partager cet article