Otage au Yémen : l'Elysée annonce la libération de Isabelle Prime

Par , publié le
International Capture d'écran de la vidéo réalisée par les preneurs d'otage montrant Isabelle Prime demande sa libération
Capture d'écran de la vidéo réalisée par les preneurs d'otage montrant Isabelle Prime demande sa libération

Isabelle Prime était retenue en otage au Yémen depuis le mois de février 2015. Après des négociations avec le Yémen, la présidence de la République vient d'annoncer que l'otage française a été libérée dans la nuit du jeudi au vendredi.

C'est par un communiqué que la présidence de la République a annoncé la libération d'Isabelle Prime, otage au Yémen depuis 6 mois environ.

Isabelle Prime, otage au Yémen, libérée

"Notre compatriote Isabelle Prime a été libérée cette nuit". "Elle rejoindra notre pays dans les heures qui viennent". C'est par ces mots tweetés par le compte de l'Elysée que nous avons appris la libération d'Isabelle Prime. Le communiqué joint précise qu'"elle était retenue en otage au Yémen depuis le 24 février 2015". "La France a déployé tous ses efforts pour parvenir à ce dénouement heureux". "Isabelle Prime est actuellement sous la protection des services français. Elle rejoindra notre pays dans les heures qui viennent".

Tweet du palais de l'Elysée annonçant la libération de Isabelle Prime

Tweet du palais de l'Elysée annonçant la libération de Isabelle Prime

La jeune femme, originaire de l'Ouest de la France et âgée de 30 ans est donc sortie de longs mois de détention en tant qu'otage. Elle avait été enlevée ainsi que son interprète d'origine yéménite par de faux policiers dans la capitale du Yémen alors qu'elle se rendait à son travail en voiture. L'interprète aurait lui été libéré le 10 mars. Pour le moment, nous n'avons aucune information sur les ravisseurs.

Consultante pour des programmes de protection sociale

Isabelle Prime s'était rendue au Yémen dans le cadre de son travail en tant que consultante pour "Ayala Consulting", une entreprise américaine. Elle officiait alors comme assistante technique pour un programme d'aide humanitaire. Ses ravisseurs avaient mis en ligne une vidéo authentifiée début mai dans laquelle on pouvait voir Isabelle demander à François Hollande ainsi que Abd Rabbo son homologue yéménite d'agir en faveur de sa libération.

François Hollande, ravi du dénouement de la situation, "exprime toute sa gratitude à tous ceux qui ont œuvré à cette solution, et notamment au Sultan Qaboos Ibn Saïd, Sultan d’Oman". Il "partage la joie de la famille d’Isabelle qui a su faire preuve de beaucoup de courage et d’une grande responsabilité au cours de cette longue attente".

Partager cet article

Pour en savoir plus