Orne : décès de l'adolescente retrouvée dans le coma chez ses parents

Par , publié le
Faits Divers Les couloirs d'un hôpital (photo d'illustration)
Les couloirs d'un hôpital (photo d'illustration)

Retrouvée le mois dernier chez ses parents dans un état critique, une adolescente de l'Orne s'est éteinte vendredi au CHU de Caen.

Fin avril, une mère de famille vivant dans la commune de Flers, dans l'Orne, avait alerté les secours. Lesquels découvriront, au domicile de cette maman, sa fille âgé de 17 ans inconsciente et dans son lit. Et les secouristes d'avoir témoigné d'une scène difficilement supportable.

Cité par nos confrères de Normandie-actu, le procureur de la République d’Argentan Hugues de Phily rapporte ainsi que "la jeune fille avait le corps dans un état de maigreur prononcé. Elle présentait également plusieurs plaies au niveau des membres inférieurs. Certaines étaient infectées d’une manière extrêmement préoccupante".

Normandie : une ado retrouvée au milieu d'excréments, de vers et de larves

Le lit dans lequel se trouvait la jeune fille était sali d'excréments, de vers et de larves. Suite à cette découverte, les parents de l'adolescente, âgés de 45 et 47, avaient été rapidement placés en garde à vue, et une enquête d'avoir été ouverte pour notamment comprendre la ou les raisons ayant empêché les parents de la jeune fille de lui offrir un cadre de vie plus sain.

On apprend par ailleurs que l'adolescente, qui souffrait d'un léger handicap mental, avait déjà séjourné à plusieurs reprises dans un hôpital psychiatrique. Selon ses parents, c'est elle qui choisissait de rester son lit et qui refusait qu'on l'aide pour manger. Il aura également été remarqué qu'à l'exception de cette chambre, les autres pièces de la maison n'avaient rien de reprochable sanitairement parlant.

Des parents sous contrôle judiciaire

Le procureur de la République d’Argentan a fait savoir que l'adolescente s'est éteinte vendredi matin au CHU de Caen après n'être jamais sortie de son coma. Se parents ont été mis en examen pour non-assistance à personne en danger. Bien que désormais libres, il demeurent toutefois sous contrôle judiciaire.

L'enquête ayant été lancée devrait permettre de déterminer les responsabilités des parents et de l'adolescente dans cette affaire. Le juge d'instruction pourrait d'ailleurs demander la tenue d'une autopsie afin d'établir de manière précise les causes du décès de l'adolescente.

Crédits photos : VILevi/Shutterstock

Partager cet article

Pour en savoir plus