Orelsan sur "Comment c'est loin" : "il ne faut pas avoir peur des grosses ficelles"

Par , publié le
Cinéma Orelsan dans "Comment c'est loin"
Orelsan dans "Comment c'est loin"

Mercredi dans les salles est sorti "Comment c'est loin", le premier film d'Orelsan qui révèle d'ailleurs que c'est l'un de ses albums qui l'a conduit au cinéma.

Orelsan, rappeur alençonnais connu à l'état civil sous le nom d'Aurélien Cotentin, vient de sortir son premier film, Comment c'est loin dont il assure d'ailleurs la réalisation. Une entrée dans le monde du cinéma que l'on pourrait observer d'un œil curieux voire, pourquoi pas, circonspect.

Mais comme l'artiste l'a confié à nos confrères de Télérama.fr, c'est le fait d'avoir baigné dans le monde de la réalisation qui l'a conduit à en venir au cinéma sous l'impulsion de son producteur de spectacles Olivier Poubelle. Il se défend au passage d'avoir voulu "faire un film comme tout le monde" : "Chez les rappeurs, il n’y a qu’Abd al Malik qui en ait réalisé un. Ce n’est pas ma 'célébrité' qui m’a poussé, mais mon album Orelsan et Gringe sont les Casseurs Flowters, où il y avait des interludes entre les chansons. Ces interludes, on les jouait comme un film, mais sans caméra. Nous est venue l’envie de les filmer. Auparavant, j’avais tout de même réalisé une dizaine de clips. Tout s’est enchaîné."

"Comment c'est loin" : le conseil de Michel Blanc à Orelsan

Orelsan avoue avoir renoncé à vouloir absolument s'affranchir de certains passages "obligés" : "Au début, je ne voulais pas que les personnages s'engueulent, par exemple. Je trouvais ça trop cliché. Mais, si on veut une construction dramatique en crescendo, il ne faut pas avoir peur des grosses ficelles." Il raconte avoir raconté Michel Blanc, à l'origine d'une de ses influences cinématographiques avec Marche à l'ombre, et songé à lui demander d'apparaître dans son film : "Même si je n'aime pas quand il y a des gens connus qui font des apparitions dans les premiers films, comme pour les parrainer, j'avoue que j'étais tenté de lui proposer le rôle du patron de l'hôtel. Avoir Michel Blanc dans mon premier film, tout de même ! Je n'ai pas eu le temps de lui demander : la première chose qu'il m'a dite quand il a lu mon scénario est qu'il ne fallait personne de connu dans le film ! Il avait raison. Je le savais."

"Orel et Gringe ne s'ennuient pas"

Et quand on lui demande pourquoi avoir tourné "un film sur l'ennui", le rappeur répond qu'il ne s'agit pas vraiment là du propos de son premier long-métrage : "Orel et Gringe ne s'ennuient pas. Ils trompent l'ennui. Ils peuvent rester une heure sous un abribus à faire des jeux de mots. Et sur les mauvais choix qu'on fait pour satisfaire la société : Orel fait semblant de croire qu'il peut travailler dans l'hôtellerie toute sa vie, alors qu'il n'aime que le rap." Après Comment c'est loin, Orelsan aurait dans l'idée de travailler "sur un film de sport". Mais comment il le dit lui-même, "le problème, c'est qu'il faut que j'écrive un album solo, avant. "

Crédits photos : capture d'écran YouTube

Partager cet article

Pour en savoir plus