Nutrition : 5 enfants sur 6 dans le monde ne mangent pas selon leurs besoins

Par , publié le | modifié le
Santé La faim fait toujours des victimes dans le monde (photo d'illustration)
La faim fait toujours des victimes dans le monde (photo d'illustration)

Dans le second volet de son rapport sur la nutrition des jeunes enfants, l'UNICEF révèle notamment que cinq enfants sur six dans le monde ne mangent pas selon leurs besoins.

Le constat apparaît saisissant. L'UNICEF délivre ici la seconde partie de son rapport sur la nutrition des jeunes enfants, et de révéler notamment que dans le monde, seul un enfant sur six reçoit une "alimentation minimale acceptable".

Des soucis de nutrition qui débutent dès le plus jeune âge. On apprend ainsi que sur 140 millions de naissances observées l'an passé, 77 nouveau-nés ont subi une trop longue attente d'avant d'être nourris au sein : "Seuls 45% des nourrissons ont été nourris au sein durant la première heure de leur vie."

Enfants : une nutrition trop défaillante selon l'UNICEF

Par rapport à l'an 2000, davantage d'enfants reçoivent des aliments solides à partir de l'âge recommandé. L'UNICEF déplore cependant que ce contact soit retardé pour un tiers des enfants. De plus, seule la moitié des nourrissons de 6 à 23 mois bénéficient du nombre minimum de repas journaliers adaptés à leur âge.

France Begin, conseillère principale pour la nutrition à l’UNICEF, l'indique pourtant, "ce sont les nourrissons et les jeunes enfants qui ont les besoins en nutriments les plus élevés au cours d’une vie".

Une alimentation pas suffisamment variée

Alors que pour un développement sain, un enfant se doit d'être alimenté au travers de quatre groupes différents par jour, un carence à ce niveau est relevée pour un enfant sur trois. Et si ces aliments se trouvent être les principales sources de zinc et de fer, le poisson, la viande, les œufs et autres produits laitiers ne sont consommés que par 50% des enfants.

L'une des raisons de cette adoption mitigée, le caractère onéreux de cette nourriture. Les conséquences d'une alimentation défaillante sont cependant lourdes, comme l'affirme Mme Begin : "À un si jeune âge, la malnutrition entraîne des lésions mentales et physiques irréversibles". Dans son rapport, L'UNICEF appelle à des gouvernements et un secteur privé plus concernés sur la question, de même qu'à des centres de santé communautaires toujours plus développés.

Crédits photos : Michelle D. Milliman / Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus