Nouvelle-Zélande : condamné pour avoir arraché les dents de ses partenaires sexuelles

Par , publié le | modifié le
International Illustration. Les instruments d'un dentiste.
Illustration. Les instruments d'un dentiste.

Un Néo-Zélandais de 56 ans a été condamné à 6 ans de prison pour avoir arraché les dents de ses conquêtes pendant leurs ébats sexuels. L'homme avait plaidé non coupable. L'homme fantasmait sur les grosses dames édentées.

Vendredi à Washington, un homme de 56 ans habitant la Nouvelle-Zélande a été condamné à six ans de prison pour coups, blessures volontaires et attentat à la pudeur. Il a ainsi été officiellement reconnu qu'entre 1988 et 2011, Philip L.H. a arraché les dents de plusieurs femmes, celles avec lesquelles il avait eu des rapports sexuels.

Le juge ayant délivré le verdict a estimé que "ces délits avaient un caractère gratuit" et qu'"il s’agissait presque de torture". L'homme avait quant à lui plaidé non coupable, quand bien même les enquêteurs avaient rassemblé nombre d'éléments accablants.

6 ans de prison pour un Néo-Zélandais féru de "grosses dames édentées"

D'après les données relevées sur son ordinateur, l'homme se serait ainsi livré à plus de 600 recherches liées à l'odontologie et à l'extraction dentaire. Il nouait en outre plusieurs liaisons avec des femmes rencontrées sur la toile. L'une d'entre elles a raconté que sa rencontre avec l'accusé est intervenue dans un moment de sa vie où elle apparaissait particulièrement fragile.

"Tu voulais que je sois grosse, sans dents"

Selon ses dires, dont la teneur nous est rapportée par ladepeche.fr, le quinquagénaire la menaçait et l'empêchait de voir sa famille. Cette femme raconte également avoir vu l'une de ses dents être arrachée par le même homme après un rapport sexuel consenti à l'arrière d'une voiture. Le dénommé Philip ne s'était d'ailleurs pas arrêté là, sa victime ayant été réveillée dans la nuit par une nouvelle tentative de son bourreau de lui arracher une dent. À l'intention de celui-ci, elle a déclaré : "Tu voulais que je sois grosse, sans dents, que je sois ton esclave, piégée à la maison." Une autre femme a livré un témoignage semblable, parlant ainsi de l'apparition subite de pinces entre les mains de l'homme "pendant les relations sexuelles", avant qu'elle n'entende "ses dents craquer".

Crédits photos : Robert Kneschke/shutterstock.com

Partager cet article