Nouvelle offensive de Bruxelles contre Google

Par , publié le
Web Photo d'illustration. Google.
Photo d'illustration. Google.

Pour la troisième fois, la Commission européenne pourrait épingler Google pour pratiques anti-concurrentielles. Cette fois, c'est la publicité en ligne qui est visée.

Et c'est reparti pour un tour : la Commission européenne a les crocs planté dans le mollet de Google, et n'entend pas le lâcher de sitôt. Et c'est inédit : jamais l'institution n'avait mené 3 enquêtes de front au sujet de la même société.

Cette fois, selon le Wall Street Journal et Politico, la commissaire européenne à la Concurrence serait sur le point de publier une "communication des griefs" au sujet des pratiques de Google dans le secteur de la publicité en ligne.

Une troisième enquête à l'encontre de Google ?

Les sources anonymes relayées par les deux media outre-Atlantique indiquent que Bruxelles aurait, comme le rapporte L'Express, "demandé à des concurrents de Google dans la publicité en ligne de rendre consultables, par Google, les reproches qu'ils formulent à l'encontre de ce dernier et qu'ils avaient communiqués, jusqu'à présent confidentiellement, à la Commission".

Tout porte à croire que Margrethe Vestager, la commissaire à la Concurrence, serait sur le point de porter son acte d'accusation, le 3ème.

La publicité en ligne pointée du doigt

Mais qu'est-ce qui, cette fois, serait reproché au géant de Mountain View ? La publicité en ligne, et notamment via son service d'enchères lié aux mots-clés, AdWords. Selon L'Informaticien, "Une clause consisterait en effet, pour les entreprises tierces souhaitant intégrer Google Search, à n’accepter que les publicités émanant de Google. Soit une bien belle violation des règles de la concurrence".

Quant au second grief de cette troisième enquête, il concerne encore, comme en 2015, la recherche web. Selon nos confrères de Begeek, Google est accusé de "manipuler les résultats de recherche pour attirer les internautes européens sur ses services de vente, positionnant ses concurrents à des places beaucoup moins attirantes pour les utilisateurs".

Crédits photos : © Pixabay / Public Domain

Partager cet article

Pour en savoir plus