Norvège : Pac-Man recréé à partir d'organismes vivants

Par , publié le
Sciences Pac-Man recréé avec des organismes vivants
Pac-Man recréé avec des organismes vivants

Ludique, insolite, mais résolument scientifique : des chercheurs norvégiens ont recréé le mythique jeu vidéo Pac-Man avec des organismes vivants.

La vidéo a été vue, à l'heure où nous écrivons ces lignes, près de 350.000 fois. Elle montre, à l'aide d'un microscope, ce qui ressemble à s'y méprendre à un jeu entré dans l'inconscient collectif depuis fort longtemps, à savoir Pac-Man. Mais si le jeu originel faisait se poursuivre des fantômes gloutons et un Pac-Man constitués de pixels, ici nous avons affaire à des organismes vivants.

Pac-Man vivant : organismes unicellulaires et pluricellulaires en action

Quand le jeu vidéo sort en 1980, son inventeur japonais Tōru Iwatani n'imaginait sans doute pas qu'il finirait dans une telle version. Les chercheurs norvégiens de l'University College of Southern Norway, située à Nottoden, ont glissé des micro-organismes dans un labyrinthe seulement large de 1 millimètre.

Le rôle du "héros", Pac-Man, est tenu par deux sortes d'organismes unicellulaires, les ciliés et les euglènes. Quant aux fantômes qui ont pour mission d'engloutir les premiers, ils sont joués par des êtres pluricellulaires, les rotifères.

Au-delà du jeu, l'expérience scientifique

Le but de cette mission, au-delà du clin d'oeil du fan de jeux rétro qu'est le principal auteur des travaux Erik Andrew Johannessen, était de comprendre les interactions entre ces micro-organismes.

Au départ, les déplacements des rotifères "fantômes" étaient plutôt lents. Puis après plusieurs jours, appétit et vitesse de ces derniers prenaient de l'ampleur. Pour le Pr Johannessen, ce comportement pourrait s'expliquer par le fait que les Pac-Man unicellulaires laissent derrière eux des "traces chimiques laissées par ces micro-organismes durant leur déplacement, comme de petites miettes de pain", comme le relate Sciences&Avenir.

Crédits photos : Capture écran Youtube

Partager cet article