Noël Mamère : abstention ou vote blanc en cas de second tour Sarkozy-Le Pen

Par , publié le
Politique
Noël Mamère sur le plateau de France Info le 28 octobre 2016.

Le député-maire de Bègles affirme n'avoir "envie de voter ni pour Nicolas Sarkozy, ni pour Marine le Pen" si le duel final de la présidentielle 2017 oppose ces deux candidats.

Sur la chaîne France Info, Noël Mamère a été interrogé sur sa position au sujet du second tour de l'élection présidentielle. Si celui-ci devait voir s'affronter Marine Le Pen et Nicolas Sarkozy, le député-maire de Bègles (Gironde) ne prend pas parti.

Entre Sarkozy et Le Pen, Mamère ne veut pas avoir à choisir

Selon lui, le potentiel candidat Les Républicains "se comporte comme quelqu'un qui va chasser sur les terres de l'extrême droite, c'est de la démagogie (...) On ne doit pas accepter que des hommes politiques, qui en plus ont exercé les plus hautes responsabilités, instrumentalisent des idées de l'extrême-droite uniquement pour des questions électorales".

Conséquence, dans l'hypothèse de ce second tour, il n'a "envie ni de voter pour Nicolas Sarkozy, ni pour Marine le Pen". Et il indique, dans ce cas : "Je pourrais m'abstenir, oui, et voter blanc".

Mais si Alain Juppé est au second tour...

En revanche, si c'est Alain Juppé qui doit être investi par la primaire et qu'il passe le premier tour, M. Mamère appellera à voter pour lui sans hésiter : "s'il y a un choix à faire entre Juppé et Le Pen, il sera facile pour moi. Au soir du premier tour de 2002, j'ai été le premier candidat à appeler à voter pour Jacques Chirac" face à Jean-Marie Le Pen. Selon lui, le maire de Bordeaux "est un homme qui a l'étoffe de la responsabilité au plus haut sommet de l'Etat, comme d'autres".

Et au fait, quid de François Hollande ? "il a franchi la ligne rouge lorsqu'il a sorti des placards la question de la déchéance de nationalité qui est une vieille obsession de l'extrême-droite, à partir de ce jour-là pour moi il n'était plus question de voter pour lui", conclut l'ancien candidat à la présidentielle, qui ne votera même pas à la primaire écologiste.

Crédits photos : Capture d'écran Youtube

Partager cet article