Nîmes : une étudiante découverte morte dans son appartement

Par , publié le
Faits Divers Photo d'illustration. Des véhicules de la police.
Photo d'illustration. Des véhicules de la police.

La nuit dernière à Nîmes, une étudiante de 20 ans a été retrouvée morte dans son appartement. La jeune femme aurait succombé à des violences "très importantes".

Le drame s'est produit dans la nuit du samedi 19 au dimanche 20 novembre. Le corps sans vie d'une étudiante a été retrouvé dans son appartement de Nîmes. Selon le parquet, la jeune femme pourrait avoir succombé à des violences "très importantes".

Nos confrères d'Objectif Gard, qui rapportent l'information, précisent que la victime était âgée de 20 ans. D'après un voisin s'étant exprimé sur les lieux, des bruits se seraient faits entendre dans cette résidence la veille au soir, aux alentours de 23h00.

Mort d'une étudiante à Nîmes : d'"importantes" violences

C'est vraisemblablement apès avoir été alertés de ces bruits suspects que les sapeurs-pompiers et la police ont été appelés à intervenir sur place. Des autorités qui, tard dans la nuit, parviendront à faire céder la porte de l'appartement de l'étudiante, fermée à clef, pour découvrir le corps sans vie de la jeune femme.

Il est ajouté que la victime était originaire de Montélimar, dans la Drôme (Auvergne-Rhône-Alpes). Le parquet de Nîmes a communiqué sur des violences "très importantes" subies par la jeune femme et qui pourraient être à l'origine de son décès.

Une enquête confiée au SRPJ de Montpellier

Dimanche en début de matinée, les enquêteurs de la police technique et scientifique se trouvaient dans l'appartement de l'étudiante avec pour objectif de récupérer le plus d'éléments possibles susceptibles d'expliquer les faits. C'est à la police judiciaire de Montpellier (SRPJ) qu'il en reviendra d'établir les circonstances précises du drame.

Rien ne semble permettre, à l'heure actuelle, de privilégier un hypothèse plutôt qu'une autre. En prenant uniquement en compte le fait que la porte de l'appartement était fermée à clef , le suicide apparaît tel une piste envisageable. La présence confirmée de coups lourdement portés sur la victime tend cependant à diriger les enquêteurs vers le scénario d'un meurtre commis par une connaissance de l'étudiante.

Crédits photos : Frederic Legrand - COMEO / Shutterstock.com

Partager cet article