Nigeria : des attentats suicides au nord-est du pays font au moins 13 morts

Par , publié le | modifié le
International
Un véhicule de police incendié et abandonné sur une route de Damaturu, au nord-est du Nigeria, le 7 novembre 2011

Vendredi, au moins 13 personnes sont décédées dans trois attentats-suicide survenus à Damaturu, dans le nord-est du Nigeria. Les attaques n'ont, pour l'heure, pas été revendiquées, même si le spectre l'État islamique plane et porte sa marque.

Il était aux alentours de 8h00 lorsqu'une première explosion est survenue, vendredi, dans la capitale de l'État de Yobe (nord-est du Nigeria). Un attentat-suicide commis non loin du terrain de prière et alors que l'Aïd-et-Fitr s'apprêtait à être célébré.

Selon des témoins de la scène, une autre explosion est intervenue à 500 mètres des lieux, avant qu'une troisième et dernière détonation ne se fasse entendre. On déplore la mort d'au moins 13 personnes et les blessures de 15 autres. Reuters révèle que ces trois attentats kamikaze ont été perpétrés par de jeunes filles.

Attentats au Nigéria : non revendiqués, mais la marque de l'EI

Et si, pour l'heure, ces attaques n'ont pas (encore) été revendiquées, signalons que le recours à de jeunes filles pour mener des attentats-suicide est assez commun chez le groupe État islamique province Afrique de l'Ouest (anciennement Boko Haram).

"Innocentes et crédules"

Sani Usman, porte-parole de l’armée à Damaturu, tente d'expliquer pourquoi l'État islamique choisit de jeunes personnes de sexe féminin pour conduire ses attentats-suicide : "Ils profitent de la vulnérabilité des jeunes, particulièrement des jeunes filles. Ils leur donnent un colis et un peu d’argent pour qu’elles aillent le livrer sans être au courant que c’est une bombe. Elles sont innocentes et crédules. Donc cela pourrait expliquer pourquoi ils utilisent des jeunes filles." L'État de Yobe fait partie des trois États du nord-est du Nigeria les plus ciblés par le groupe État islamique province Afrique de l'Ouest, avec plus de 700 morts relevés en un mois et demi d'attentats. Notons enfin que, par voie de communiqué, le Secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a condamné non seulement les attentats de Damaturu, mais aussi ceux survenus la veille à Gombe (49 morts et 71 blessés) : "Ces crimes ignobles se sont produits, alors que les victimes, tout comme les Nigérians dans le reste du pays, participaient aux prières pour célébrer l'Aïd el-Fitr, un moment de communion sacré pour les familles et les communautés."

Crédits photos : © AFP/Archives Pius Utomi Ekpei

Partager cet article

Pour en savoir plus