Nigeria : l'armée affirme avoir sauvé 241 femmes et enfants de Boko Haram

Par , publié le | modifié le
International Des otages libérés par l'armée nigérianne sont évacués le 30 juillet 2015 à Maiduguri dans l'état de Borno
Des otages libérés par l'armée nigérianne sont évacués le 30 juillet 2015 à Maiduguri dans l'état de Borno

A la suite d'opérations conduites contre le groupe Boko Haram dans le Nord-Est du Nigeria, l'armée affirme avoir enlevé 241 femmes et enfants de ses griffes. 

Après avoir conduit des opérations à l'encontre du groupe terroriste Boko Haram dans le nord-est du Nigeria, l'armée du pays a annoncé mercredi avoir sauvé la veille 241 femmes et enfants détenus jusqu'ici par le mouvement djihadiste.

Nos confrères du Parisien rapportent que l'accueil de ces personnes s'est effectué pendant que des soldats de l'armée vidaient des "camps de terroristes" basés non loin de Banki (État de Borno). Et les chiffres d'Amnesty International de rappeler que depuis 2014, la secte islamiste a procédé à l'enlèvement d'au moins 2.000 filles et femmes au Nigeria.

L'armée vide des "camps de terroristes" et reprend 241 femmes et enfants

Sani Usman, porte-parole de l'armée nigériane, a également communiqué sur l'arrestation, intervenue durant les opérations de mardi, de quarante-trois personnes soupçonnées d'appartenir à Boko Haram, incluant un commandant régional. Il a de même indiqué que des interrogatoires "sont en cours pour connaître [le] statut exact [des personnes sauvées]. Certaines personnes étaient retenues contre leur gré, certaines étaient des membres de la famille" des rebelles.

Boko Haram : le président Muhammadu Buhari se dit optimiste

Le porte-parole du président nigérian Garba Shehu a quant à lui transmis sur le réseau social Twitter les intentions pour le moins optimistes du chef de l'État : "Le président [Muhammadu] Buhari garantit à tous les Nigérians que les jours de Boko Haram sont comptés". L'exécutif est d'ailleurs attendu en ce jeudi à New York pour prendre part à l'assemblée générale des Nations-Unies. Il est également prévu qu'il assiste à un sommet anti-terroriste convoqué par le président américain Barack Obama. On nous précise au passage que les propos de l'armée mentionnés ici n'ont pu être vérifiés de manière indépendante, en invitant ainsi par conséquent à y accorder un crédit modéré. Samedi dernier, l'armée nigériane annonçait avoir physiquement progressé dans le cadre de sa contre-offensive menée au nord-est du pays contre Boko Haram, des déclarations qualifiées ensuite par le leader du groupe terroriste de "mensonges".

Au Cameroun, pays dans lequel est également implanté le groupe terroriste, l'armée a annoncé le 22 septembre dernier avoir tué 11 militants de celui-ci pendant des affrontements s'étant déroulés dans la ville d'Achmide. L'agence Reuters a rapporté les propos du porte-parole du ministère de la Défense Didier Badjeck : "Nos troupes proches de la zone ont été prévenues par notre service de renseignement, elles ont réagi et il y a eu un affrontement (...) Ils (les combattants de Boko Haram) sont revenus une seconde fois en plus grand nombre mais ils nous ont trouvés prêts à combattre".

Crédits photos : © AFP/Archives -

Partager cet article

Pour en savoir plus