Nicolas Sarkozy remet en question le droit du sol à Mayotte

Par , publié le
Politique Nicolas Sarkozy lors du meeting organisé par Sens Commun le 15 novembre 2014.
Nicolas Sarkozy lors du meeting organisé par Sens Commun le 15 novembre 2014.

En déplacement à La Réunion, le chef des Républicains Nicolas Sarkozy a appelé à ce que le droit du sol en vigueur à Mayotte "soit une présomption et pas un droit absolu".

L'île de Mayotte est actuellement en proie à de sensibles tensions, où des ressortissants comoriens se font ainsi chasser par les habitants mahorais pour être supposément à l'origine de l'augmentation de la délinquance dans les villages. Des Comoriens d'ailleurs exclus qu'ils soient en situation irrégulière ou pas.

En déplacement à La Réunion, l'ancien président de la République française Nicolas Sarkozy a visiblement tenté d'apaiser les esprits sur la problématique. Dans des propos rapportés par nos confrères du Point, le désormais leader des Républicains a ainsi appelé à ce que le droit du sol à Mayotte "soit une présomption et pas un droit absolu".

Droit du sol à Mayotte: Sarkozy veut une "présomption"

Pour l'ex-exécutif, "on ne peut pas laisser 250 000 habitants de Mayotte avec le sentiment d'être abandonnés". Et d'ajouter qu'"aucun territoire ne peut résister à une telle pression migratoire, 50 % des étrangers sont en situation illégale, c'est insupportable".

Nicolas Sarkozy n'a pas manqué, au passage, d'égratigner l'action de son successeur à la tête de l'État : "[cette situation], c'est le président de la République qui l'a voulue". Questionné sur son programme relatif aux territoires d'outre-mer et plus spécifiquement l'île de La Réunion, le chef des Républicains a encore une fois souhaité se distinguer de François Hollande : "Je n'accepte pas ce manque de respect à l'endroit des outre-mer, où tant d'hommes politiques viennent pour prendre des engagements qu'ils ne tiendront pas. Pour M. Hollande, ça a marché une fois. Mais ici, à La Réunion, on a de la mémoire et ça ne marche qu'une fois".

Agriculture : "une aide de 38 millions, c'est le minimum absolu"

L'ancien chef de l'État s'est de même voulu rassurant quant à la crainte, exprimée par les agriculteurs, de la perte prochaine d'une aide de 38 millions d'euros conformément à l'intention de Bruxelles : "Il n'y a pas de besoin de demander l'autorisation de Bruxelles [étant donné qu'on] ne se retrouve en concurrence avec aucun de nos partenaires européens, aucun ne produit de la canne. Je considère qu'une aide de 38 millions, c'est le minimum absolu".

Crédits photos : Capture écran YouTube.

Partager cet article

Pour en savoir plus