Nicolas de Tavernost patron de M6 : "Je suis très fier de l'émission Une Ambition intime"

Par , publié le
Télévision
Nicolas de Tavernost en interview

L'émission "peopolitique" produite par Karine Le Marchand "Une Ambition intime" continue d'alimenter le débat -et les critiques- alors que le programme a réalisé une très belle audience avec 3,1 millions de téléspectateurs (14% de part d’audience) avec un réel impact sur les 25-34 ans dont 23% étaient présents devant leur poste de télévision soit 3 fois plus que pour une émission politique traditionnelle.

Interrogé dans Le Monde, Nicolas de Tavernost président du directoire du groupe M6 a donné son avis sur la nouvelle émission de sa chaîne "Une Ambition intime", et visiblement il apprécie le programme.

"Vous seriez surpris par le nombre de politiques qui demandent à passer sur le divan de Karine Le Marchand"

Hormis François Hollande qui n'a pas donné suite à Karine Le Marchand (tout comme Benoit Hamon), Nicolas de Tavernost affirme que les politiques sont demandeurs de ce type d'émission :
"Vous seriez surpris par le nombre de politiques qui demandent à passer sur le divan de Karine Le Marchand, et je les comprends d'ailleurs...", prévient-il.

Et l'actionnaire majoritaire du club de Ligue 1 des Girondins de Bordeaux (via M6) d'ajouter : "Franchement, je suis très fier de cette émission parce qu'elle innove et ne prétend pas se substituer aux autres. Karine a inauguré un genre différent, qui plaît aux jeunes et aux femmes. Il y a des gens qui ne regardent pas la politique et qui sont venus sur M6 regarder".

"Si la télé n'aborde pas les vraies questions tout le monde finira sur Internet"

Dans son interview, Nicolas de Tavernost a abordé les critiques arguant qu'M6 cherchait à mettre du sensationnalisme dans ses reportages (allusion au magazine de Bernard de la Villardière "Dossier Tabou" ) :
"Nos (les) téléspectateurs aiment ça ! Nous le faisons car France Télévisions ne le fait pas. Il y a la diversité des choix et le service public devrait être présent pour l'assurer, justement parce qu'il n'a pas la contrainte de l'audience que nous avons. La télévision, comme la vie, ce n'est pas de l'eau tiède. Si la télé n'aborde pas les vraies questions, elle ne sera pas regardée et tout le monde finira sur Internet", termine Nicolas de Tavernost.

Crédits photos : capture vidéo Europe 1 Matin Thomas Sotto

Partager cet article

Pour en savoir plus