Nicolas Bedos poursuivi pour injure raciale

Par , publié le
France Nicolas Bedos sur le plateau de Un soir à la Tour Eiffel
Nicolas Bedos sur le plateau de Un soir à la Tour Eiffel

L'humoriste Nicolas Bedos est poursuivi par une association pour injure raciale. Des propos qui ont été publiés dans l'hebdo Marianne en décembre 2012, sur fond de chroniques.

Lundi, l'association CollectifDom, "Collectif des Antillais, Guyanais, Réunionnais et Mahorais", attaquait Nicolas Bedos devant le tribunal correctionnel de Paris pour injure raciale. L'objet de cette poursuite ? Des chroniques datant de décembre 2012 et publiées dans l'hebdomadaire Marianne. Le jugement interviendra à la date prévue du 10 novembre prochain.

"Enculé de nègre"

Dans un de ses chroniques, l'humoriste relate ses vacances passées dans les Antilles et particulièrement sa rencontre avec un chauffeur de taxi : "Un génie, merveilleux produit de l’in­do­lence insu­laire, qui manie si bien la langue française qu’il fait fris­son­ner mon clito­ris lexi­cal". Et Nicolas Bedos de conclure en remerciant cet "enculé de nègre". Une formule qui sonnait alors comme de l'admiration, et qui avait pour but d'évoquer le personnage de Candide dépeint par Voltaire, selon l'avocate de l'humoriste.

Pour l'avocat de CollectifDom, Daniel Dalin, le caractère raciste est évident : "La notion d'indo­lence a chez nous une signi­fi­ca­tion parti­cu­lière. Elle renvoie à celui qui ne ressent pas la douleur des coups de fouet".
https://www.youtube.com/watch?t=8&v=ajpZSxHAR8Y

"Nicolas Bedos a voulu combattre le racisme"

Que dit-on du côté du comédien ? L'avocate Me Lauranne Favre répond : "Ce que Nico­las Bedos a voulu préci­sé­ment faire, c’est combattre le racisme". D'ailleurs pour l'avocat de l'association, il n'est pas question de savoir si Mr Bedos est raciste, mais si la teneur de ces propos sont à portée raciste.

Le parquet quant à lui a préconisé la relaxe à l'encontre de l'humoriste, qui n'était pas présent à l'audience.

Crédits photos : Capture d'écran France Télévision

Partager cet article

Pour en savoir plus