Nice : une nouvelle tête de sanglier devant la mosquée En-Nour

Par , publié le
Faits Divers Photo d'illustration. Une mosquée.
Photo d'illustration. Une mosquée.

Dans la nuit de lundi à mardi, une tête de sanglier a été déposée devant la mosquée En-Nour de Nice. C'est la seconde fois que ce lieu de culte connaît un tel acte.

La mosquée En-Nour, localisée dans la plaine du Var au sein d'une zone industrielle de Nice, vient d'être de nouveau la cible d'un acte malveillant consistant a déposer une tête de sanglier devant le lieu de culte. Ces nouveaux faits se sont produits dans la nuit du lundi 10 au mardi 11 octobre.

Cité par nos confrères de Nice-Matin, le vice-président du CRCM PACA (Conseil Régional du Culte Musulman Provence-Alpes-Côte d’Azur), Boubekeur Bekri, a condamné l'acte en question : "Les Musulmans et l'ensemble des Niçois expriment une nouvelle fois leur dégoût et leur colère et seront attentifs à la sévérité des sanctions qui seront prises à l'encontre des criminels, une fois écroués, pour leur insulte envers les musulmans et envers l'ensemble des Niçois".

Tête de sanglier devant une mosquée : "dégoût, "colère"

La première tête de sanglier avait été déposée en juin pendant le mois du Ramadan, alors que la mosquée En-Nour, controversée, allait officiellement ouvrir ses portes quelques jours plus tard. Depuis, deux suspects ont été présentés à la justice. C'est en ce mercredi que le tribunal de Nice est censé rendre son verdict sur cette première affaire.

Un certain nombre de précédents en 2015

De manière globale, sur l'ensemble du territoire, plusieurs faits semblables ont été observés l'année dernière. Ainsi, en septembre 2015, une tête de sanglier avait été découverte devant une mosquée de Haute-Corse, soit plus ou moins deux ans après que la salle de prière eut été victime d'un acte similaire.

Il y a un an, c'est la mosquée d'Aubagne, à Marseille, qui aura été ciblée. Plus récemment, en tout début d'année, des restes de sangliers avaient été découverts à l'entrée de la grande mosquée de Perpignan, accompagnés de tags apparemment rattachés à l'idéologie nazie et semblant réclamer le départ des responsables de la mosquée ainsi que la fermeture du lieu de culte.

Crédits photos : Pixabay.com / Domaine public

Partager cet article

Pour en savoir plus