New York 23e état à autoriser le cannabis thérapeutique aux États-Unis

Par , publié le | modifié le
Santé
Illustration. Des plants de cannabis.

Le cannabis à usage médical sera disponible à partir de ce jeudi dans l'État de New York. Il est le 23e à franchir le cap, mais aussi le plus strict.

Ce jeudi 7 janvier 2016 marque une date historique pour l’État de New York aux États-Unis. C’est en effet aujourd’hui que le cannabis à usage médical commencera à être commercialisé dans l’état américain.

Vingt ans après la légalisation du cannabis à usage thérapeutique par le précurseur État de Californie, celui de New York, dont la capitale fédérale Washington, devient le 23e à franchir le pas. Une autorisation toutefois soumise à de nombreuses restrictions.

Le cannabis thérapeutique débarque dans l’état de New York

Cette légalisation du cannabis à usage thérapeutique dans l’état aura mis du temps à se mettre en place. Le Parlement du New York a en effet adopté ce texte il y a déjà 18 mois et ce n’est seulement que fin juillet dernier que 5 sociétés ont été autorisées à cultiver la marijuana médicinale dans l’État.

Au total, ce sont 20 dispensaires qui pourront distribuer le cannabis aux patients, mais ces derniers ne seront pas tous ouverts dès aujourd’hui. Pour le moment, 4 centres médicaux situés dans les quartiers de Manhattan, Queens et Brooklyn de New York peuvent dispenser les produits. Les patients éligibles ne peuvent en effet s’inscrire dans ces derniers que depuis le 23 décembre dernier. De plus, les conditions pour bénéficier du cannabis thérapeutique sont plutôt drastiques.

Un usage très encadré

Pour éviter que des petits malins ne profitent du système, seules les personnes atteintes de maladies graves, notamment le cancer, la maladie de Parkinson, la sclérose en plaques et certaines formes d’épilepsie sont éligibles. De plus, les malades ne pourront pas se procurer d’herbe à fumer, mais le principe actif du cannabis sera proposé sous forme de produits transformés. Il sera possible de le consommer sous forme de pilules, de gouttes ou encore d’huiles.

Le traitement n’est pris en charge par aucune assurance maladie américaine et chaque patient devra débourser de sa poche au moins 200 dollars par mois pour bénéficier de ce type de traitement.

Crédits photos : Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus