Neptune : la Nasa repère un nouveau vortex géant

Par , publié le | modifié le
Sciences Le nouveau vortex de Neptune
Le nouveau vortex de Neptune

C'est grâce au télescope Hubble que les astronomes de la Nasa ont découvert un nouveau vortex sur la planète gazeuse Neptune.

Neptune n'est pas la planète la plus tranquille connue des scientifiques. De composition gazeuse, la dernière planète du système solaire subit régulièrement le passage de gros vortex, et le télescope Hubble en a repéré un nouveau, particulièrement impressionnant.

Qu'est-ce qu'un vortex ?

Ici, le vortex ne fait pas référence à une quelconque oeuvre de fiction, il n'a rien de temporel. Son origine est météorologique, et ce sont les hautes pressions qui le crée. En les traversant, les gaz se retrouvent propulsés vers dans la haute atmosphère, et finissent par geler. Les nuages clairs qui en résultent sont alors composés de cristaux de méthane et l'on peut, depuis les observatoires terrestres, les mettre au jour.

Mais si le phénomène est météorologique, il est aussi mystérieux car évoluant différemment à chaque nouvelle observation, rendant chacun unique. Et ce n'est pas la première fois qu'il était observé, puisqu'en 1989 (grâce à la sonde Voyager 2) et en 1994 (déjà Hubble), la Nasa l'avait déjà découvert.

Comment est née la découverte de ce nouveau vortex ?

En 2015, astronomes professionnels avaient déjà repéré les nuages clairs sur Neptune. Mais pour savoir si un vortex en était à l'origine, il fallait que Hubble braque ses yeux puissants, car lui seul est en mesure de le confirmer grâce à ses longueurs d'ondes bleues. Ce fut chose faite au milieu du mois de mai dernier.

"Les vortex sombres traversent l'atmosphère comme des énormes montagnes gazeuses ressemblant à une lentille. Et les nuages qui l'accompagnent sont similaires à ceux en forme de pancake qui apparaissent de façon persistante au-dessous des montagnes terrestres", analyse de façon simple Mike Wong, l'un des astrophysiciens ayant scruté les photos d'Hubble.
Il en fait guerre de doute que cette nouvelle observation va permettre aux scientifiques de mieux connaître le processus de la formation des vortex, mais aussi de leur évolution.

Crédits photos : NASA, ESA, and M.H. Wong and J. Tollefson (UC Berkeley)

Partager cet article

Pour en savoir plus