Nasa : Un second échec pour le parachute LDSD

Par , publié le | modifié le
Sciences Mars, une vue d'artiste.
Mars, une vue d'artiste.

Le parachute géant LDSD de la Nasa a une nouvelle fois échoué dans sa mission. Un troisième test sera effectué avant l’été 2016. La Nasa tente de mettre au point un parachute gigantesque mais sans succès jusqu'à présent.

Ce second test du parachute supersonique LDSD de la Nasa devait marquer une étape importante pour les vols habités vers la planète mars. Force est de constater que l’engin n’est pas encore au point puisque pour la seconde fois, le parachute a une nouvelle fois échoué dans sa mission.

Le parachute LDSD ne remplit pas sa mission

Un gros ballon gonflé à l’hélium transportant la capsule censée emmener les astronautes sur Mars avait commencé son ascension vers 17h45 GMT d’une base militaire à Kauai à Hawaii, selon la Nasa dont la chaîne privée a retransmis en direct l’expérience.

Après une ascension de près de trois heures et une altitude de 55 kilomètres, la soucoupe est redescendue dans l’atmosphère pour effectuer le test de déploiement du « Low-Density Supersonic Decelerator ». Mais tout ne s’est pas passé comme prévu car si le ralentisseur supersonique aérodynamique gonflable, appelé SIAD s’est alors normalement déployé pour freiner la descente du vaisseau jusqu’à une vitesse d’environ 2,5 fois la vitesse du son (3060 km/h), le parachute ne s’est lui que partiellement ouvert.

La soucoupe s’écrase dans le Pacifique

Le parachute de 30 mètres de diamètre a donc échoué pour la deuxième fois malgré les modifications effectuées par la Nasa après le premier échec. La Nasa précise qu’un bateau allait se charger de récupérer la soucoupe dans l’océan afin de procéder à une analyse de sa boîte noire et comprendre ce qui n’a pas fonctionné cette fois. Une conférence de presse sera donnée à 17h GMT pour expliquer les raisons précises de la faillite de la mission.

Les ingénieurs de la Nasa ont d’ores et déjà prévu un troisième test du LDSD pour l’été 2016, en espérant pour eux que l’adage « jamais deux sans trois » ne se vérifie pas cette fois.

Crédits photos : Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus