Nantes / Belgique : 19 interpellations dans une filière de bijoux volés

Par , publié le
Faits Divers Le corps d'une jeune fille egorgée a été découvert dans un parc à Perpignan
Le corps d'une jeune fille egorgée a été découvert dans un parc à Perpignan

Mardi et mercredi, une opération menée contre une filière d'écoulement de bijoux volés a conduit à l'interpellation de dix-neuf personnes de Nantes à la Belgique.

Plus de soixante gendarmes avaient été mobilisés dans le cadre de cette opération, conduite contre une filière d'écoulement de bijoux volés et qui avait également sollicité le Groupe d'intervention régional des Pays de la Loire. Au final, les autorités ont procédé à pas moins de dix-neuf interpellations.

Le rappel des faits nous est livré par nos confrères d'Europe1. Après un vol commis en 2014 dans un camping de Pornic (Loire-Atlantique), les enquêteurs finissent par désigner trois suspects, un père et deux frères d'ailleurs interpellés mardi dans la commune de Carquefou, au sein de la périphérie de Nantes.

Filière d'écoulement de bijoux volés : 19 interpellations après un vol datant de 2014

D'après les informations délivrées par une source proche du dossier, le cours de l'enquête a permis de mettre en évidence plusieurs personnes appartenant à la communauté du voyage, lesquelles se seraient livrées à moult cambriolages quotidiens dans des départements de la région avec comme principal objectif de mettre la main sur des bijoux en or.

Plus de 700.000 euros de profits estimés

Des campements de la périphérique nantaise étaient ensuite requis à l'occasion d'un plan de ramassage, avant que les bijoux dérobés ne soient transportés à Paris via des porteurs pour y être soit négociés, soit fondus dans des officines. Les lingots ainsi constitués prenaient alors la direction d'Anvers (Belgique) dans l'optique d'une commercialisation. Au final, une trentaine d'aller-retour auront été effectués entre Nantes et le pays belge pour des profits estimés, par les enquêteurs, de plus de 700.000 euros. Plusieurs sociétés basées en France et en Belgique sont d'ailleurs soupçonnées d'avoir été intégrées à un système de blanchiment dans cette affaire.

Crédits photos : © AFP/Archives Philippe Huguen

Partager cet article

Pour en savoir plus