Nancy : six mois avec sursis pour avoir déposé des lardons devant une mosquée

Par , publié le | modifié le
Faits Divers Photo d'illustration. La justice.
Photo d'illustration. La justice.

Le tribunal correctionnel de Nancy a condamné un charcutier de 38 ans à six mois de prison avec sursis pour avoir déposé des lardons dans la boîte aux lettres d'une mosquée.

Vendredi, un charcutier au chômage de 38 ans a été condamné par le tribunal correctionnel de Nancy à six mois de prison pour avoir déposé des lardons dans la boîte aux lettres de la mosquée de Tomblaine.

Les faits remontent à mercredi soir et se sont produits peu de temps, une poignée d'heures, après le drame de Saint-Étienne-de-Rouvray. Pour le prévenu cité par nos confrères de l'Est Républicain, il n'était pas question, dans un premier temps, de commettre ce geste.

Un charcutier condamné pour un dépôt de lardons devant une mosquée

"C’est le dernier attentat, celui du prêtre, qui m’a fait tourner la tête. Cela m’a rappelé l’époque où j’étais enfant de chœur. À la base, je ne voulais pas faire ça, je voulais me rendre à la mosquée pour discuter avec l’imam". Aux alentours de 18 heures, la femme du président de l’association Union Jeunesse et Culture, en charge de la gestion de la mosquée, remarque sur le parking une voiture de modèle C4.  Selon elle, le conducteur a donné de grands coups d'accélérateur avant de quitter les lieux non sans avoir fait un supposé signe d'égorgement.

"Ce geste est plus que bête, il est dangereux"

Le charcutier est revenu vers 21h00 :  "Je venais de voir les actualités à la télé et ils avaient de nouveau parlé du meurtre du prêtre". C'est là qu'il a déposé des lardons dans la boîte aux lettres de la mosquée de Tomblaine. Pendant sa garde à vue, il a déclaré "avoir voulu salir quelque chose qui représente la patrie extrémiste de la religion musulmane".

Sa compagne dément toutefois ses propos selon lesquels il serait catholique pratiquant. Le président a quant à lui parlé d'une action favorable aux terroristes : "Ce geste est plus que bête, il est dangereux. Tous les responsables de notre pays ont indiqué qu’il était hors de question de donner un caractère religieux à ce meurtre, qu’il ne fallait surtout pas entrer dans une guerre de religion. Ce serait faire le jeu de Daesh". Et ce charcutier d'avoir donc été condamné à une peine de six mois d'emprisonnement avec sursis.

Crédits photos : Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus