Le motard qui a fauché deux lycéennes à Toulouse s'est rendu

Par , publié le
Faits Divers La police (photo d'illustration)
La police (photo d'illustration)

Mardi, un motard a pénétré l'enceinte d'un lycée toulousain et a fauché deux lycéennes. Recherché par les forces de l'ordre, il s'est rendu en soirée.

Tout commence mardi en début d'après-midi, quand un jeune homme de 20 ans à moto tout terrain provoque un accident grave dans l'enceinte du lycée Raymond-Nave à Toulouse.

Avant de prendre la fuite, il a fauché deux lycéennes âgées de 15 et 16 ans après avoir percuté une borne en béton et perdu le contrôle.

Le jeune motard s'est rendu

Si l'une souffre d'un traumatisme crânien sans que ses jours soient en danger, l'autre a été blessée à la jambe.

La police avait indiqué hier qu'"A première vue, les faits n'étaient pas délibérés", même s'il s'est avéré par la suite que le motard, lui aussi blessé à la jambe, était connu des ses services. A la suite de l'émission d'un appel à témoins, et le jeune homme se sachant recherché, il s'est lui-même rendu au commissariat de police, où sa garde à vue lui a été notifiée.

Certains lycéens ont cru à un attentat

A la suite de ce drame, l'inspecteur d'académie a mis en place une cellule d'écoute, et qui restera actif encore quelques jours. Dans un communiqué, il explique "L'équipe mobile de sécurité a dépêché deux personnels qui se sont rendus sur les lieux pour rationaliser les déplacements et tranquilliser la communauté scolaire". En outre, des vigiles ont pris place aux abords de l'établissement afin de rassurer son public.

Le quotidien La Dépêche du Midi rapporte qu'après l'accident, le lycée comptait "des élèves en pleurs, traumatisés, en état de choc". Car nombre d'entre eux ont cru à une action terroriste. La mère d'une lycéenne confiait ainsi à nos confrères : "ma fille était à l'intérieur du lycée, à quelques mètres du portillon piéton, lorsque la moto a fait irruption dans le lycée. Elle a vu l'une des élèves gisant par terre, inconsciente dans une mare de sang. Elle m'a appelé en larmes... Évidemment j'ai pensé à un attentat. Je lui ai dit d'aller se cacher à l'intérieur du lycée ou de s'enfuir à l'extérieur, car elle a avait vu le pilote s'enfuir mais ne savait pas où il était".

Crédits photos : Christian Mueller/Shutterstock

Partager cet article

Pour en savoir plus