Mosquées : Cazeneuve annonce une vingtaine de fermetures et en prévoit d'autres

Par , publié le
France Bernard Cazeneuve, ministre de l'Intérieur
Bernard Cazeneuve, ministre de l'Intérieur

Lundi, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a annoncé avoir pris la décision il y a plusieurs mois de fermer des mosquées où, notamment, des principes républicains ont été bafoués. Et d'ajouter que d'autres salles de prière connaîtront le même sort.

Alors que les récents attentats ont appelé à une communion encore plus forte des différentes confessions observées en France, le gouvernement n'exclut cependant pas l'existence d'établissement de prière problématiques. Lundi, Bernard Cazeneuve a ainsi annoncé avoir pris des mesures vis-à-vis de certaines mosquées.

Après la réception du président et du secrétaire général du Conseil français du culte musulman (CFCM), respectivement Anouar Kbibech et Abdallah Zekri, le ministre de l'Intérieur a déclaré à la presse qu'"il n'y a pas de place - et nous nous le sommes dit - en France pour ceux qui dans des salles de prière ou dans des mosquées appellent et provoquent à la haine, et ne respectent pas un certain nombre de principes républicains, je pense notamment à l'égalité entre les femmes et les hommes".

Cazeneuve : "pas de place" en France pour des mosquées haineuses

Et d'avoir annoncé la fermeture de mosquées répondant aux descriptions mentionnées plus haut : "C'est la raison pour laquelle j'ai pris la décision il y a quelques mois, soit dans le cadre de l'état d'urgence, soit en mobilisant tous les moyens du droit commun, soit par des mesures administratives, de fermer des mosquées. C'est une vingtaine de mosquées et de salles de prière qui ont été fermées et il y en aura d'autres, compte tenu des informations dont nous disposons".

"Plusieurs dizaines d'arrêts d'expulsion en cours d'examen"

Ouest-France rapporte que l'Hexagone renferme environ 2.500 mosquées et salles de prière, et sur ces établissements, une vingtaine propagerait la parole d'une idéologie fondamentaliste salafiste. M. Cazeneuve a ajouté qu'il a également été question d'expulsions : "Ce sont 80 arrêtés d'expulsions qui ont été pris depuis 2012. Il y a plusieurs dizaines d'arrêtés d'expulsion en cours d'examen, je poursuivrai avec la plus grande résolution cette politique".

Enfin, à l'écho d'une tribune publiée dans le JDD par des personnalités musulmanes, le ministre a signifié le redémarrage d'une "fondation de l'islam de France", dont la mission principale sera de "garantir la totale transparence dans le financement" des mosquées "dans le respect rigoureux des principes de la laïcité".

Crédits photos : © Capture d'écran Youtube

Partager cet article

Pour en savoir plus