Moselle : son chat le sauve d'un incendie

Par , publié le
Faits Divers Un chat (photo d'illustration)
Un chat (photo d'illustration)

Dans la nuit de samedi à dimanche en Moselle, un incendie s'est déclaré au domicile d'un particulier. Et l'on apprend aujourd'hui que ce dernier doit très vraisemblablement son salut à son chat.

Les faits remontent à la nuit du samedi 20 au dimanche 21 février. Emmanuel, habitant de la commune d'Ottange dans la Meuse (Moselle), rentre chez lui après une "bonne" soirée. Son estomac réclamant toutefois quelques denrées supplémentaires, cet homme de 34 ans allume son barbecue électrique et commence à y faire cuire des saucisses.

Emmanuel, qui s'était alors installé dans son canapé en attentant que son repas soit prêt, va cependant s'assoupir. Il sera tiré de son sommeil par Pussy, le chat offert par son ex-compagne qui va le réveiller à grand renfort de coups de pattes, comme le rapporte Le Parisien : "Le chat m’a carrément secoué. Il me donnait des coups au visage, sur les joues, mais sans les griffes". Et pour cause, un incendie s'était déclaré chez lui.

Incendie en Moselle : il allume son barbecue électrique puis s'endort

En attendant que les secours n'interviennent sur les lieux, cet ancien pompier de Paris tente d'éteindre les flammes alors que la fumée a pour ainsi dire totalement investi la totalité de la pièce dans laquelle il se trouve. Il s'avèrera que si Emmanuel s'était réveillé plus tard, il aurait probablement été victime d'une intoxication au monoxyde de carbone.

"Sans le chat, j'y restais"

Cet homme que l'on nous présente comme "pas spécialement fan des chats" reconnaît toutefois devoir la vie à Pussy : "Sans le chat, j’y restais. Je me dis que j’aurais pu m’endormir comme ça, tranquillement, définitivement". Et d'ajouter : "D’habitude, j’ai mon fils avec moi. Exceptionnellement, comme j’avais prévu de sortir, il dormait chez ses grands-parents." Si le chat a été pris en charge par un voisin, c'est chez les parents d'Emmanuel que l'animal ira passer ses futures nuits. En juillet 2014, des faits similaires avaient eu lieu dans la Sarthe, où un quadragénaire avait ainsi pu échapper au pire après que son chat l'eut alerté des flammes qui ravageaient alors sa demeure.

Crédits photos : Elya Vatel/Shutterstock

Partager cet article

Pour en savoir plus