Vaucluse : un couple écroué pour homicide volontaire après la mort d'un enfant

Par , publié le | modifié le
Faits Divers Photo d'illustration. Un couloir d'hôpital.
Photo d'illustration. Un couloir d'hôpital.

Un couple vient d'être mis en examen et écroué pour homicide volontaire après la mort d'un enfant de quatre ans survenue en début d'année.

Mardi soir, un homme et une femme ont été mis en examen et écroués pour homicide volontaire après la mort d'un enfant de quatre ans en janvier dernier. Le petit garçon, d'abord présenté aux urgences de l'hôpital d'Apt (Vaucluse), avait ensuite été transféré à l’hôpital de la Timone (Marseille), où il aura finalement succombé à ses blessures.

Nos confrères du Parisien précisent que le couple supposément impliqué dans cette affaire est composé de la tante de l'enfant et du concubin de celle-ci. Quant à la mère du garçonnet, elle a été remise en liberté sous contrôle judiciaire après avoir été mise en examen pour non assistance à personne en danger et non dénonciation de crime.

Vaucluse : suspectée d'avoir frappé son neveu de 4 ans jusqu'à la mort

Les faits remontent donc en début d'année. La mère de l'enfant se présente avec ce dernier aux urgences d'Apt. Le petit garçon, atteint d'un retard moteur, avait alors vraisemblablement perdu connaissance. Il lui sera notamment diagnostiqué un traumatisme crânien. Pour sa mère, les blessures observées sur le corps de l'enfant étaient dues à ses fréquentes chutes.

Des propos qui auront toutefois été sérieusement contrariés par l'enquête de la gendarmerie et les expertises médicales menées sur le corps de l'enfant. Ont ainsi été confirmés de nombreux coups portés sur le garçonnet, lesquels ayant conduit à sa mort.

La mère relâchée mais sous contrôle judiciaire

Il apparaîtrait que la mère de l'enfant ait confié ce dernier à sa sœur pendant deux jours. Une durée courte mais apparemment suffisante pour que le petit garçon subisse les sévices physiques de sa tante et du conjoint de cette dernière. France Bleu Vaucluse rapporte que la mère du garçonnet était au courant de ces violences mais qu'elle aura, pour une ou des raisons restant visiblement à établir, choisi de les taire.

Crédits photos : Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus