Montbéliard : un lycéen condamné pour apologie du terrorisme

Par , publié le | modifié le
France Justice-marteau

Un lycéen de Montbéliard a été condamné à un an de prison pour apologie du terrorisme et menaces de mort.

La blague n’a pas fait rire le juge du tribunal correctionnel. A Montbéliard, (Doubs) un lycéen de 19 ans a été condamné pour apologie du terrorisme et menace de mort. Il avait en automne 2014 proféré des menaces de mort à l’encontre du consul général d’Israël basé à Marseille, et avait dans le même temps diffusé des photos et des vidéos à la gloire de l’Etat islamique en décembre et janvier dernier sur son compte facebook.

Affirmant devant la cour qu’il regrettait son geste, le jeune homme avait assuré pour sa défense qu’il ne s’agissait là que d’une blague. Son avocate, Me Bérengère Chenin a décrit ce lycéen comme marqué par une maladie qui le rend sourd, l’obligeant à prendre un traitement très dur à supporter. "Après avoir échappé à la mort en août dernier, car il ne prenait plus son  traitement, il s'est tourné vers la foi et sur internet".

Une apologie du terrorisme en guise de crise d’adolescence

Pour l’avocate du jeune homme, les menaces et les photos et vidéos sur facebook relèvent d’une "crise d'ado, pour se montrer intéressant et transgresser les interdits". "Il faisait ça pour rigoler, avec des potes", a-t-elle ajouté. Pour l'avocat du consul d'Israel, cela s'apparenterait plutôt à de "l'islamo-fascisme".

Un an de prison pour apologie de terrorisme

N’étant pas connu des services de polices, le lycéen a écopé d’un an de prison avec sursis mais également trois ans de mise à l'épreuve, une obligation de soins et une interdiction de quitter le territoire national. Pour la procureure Thérèse Brunisso, cette condamnation doit faire comprendre au lycéen "que dans notre République on est en droit de penser ce qu'on veut, mais que notre République interdit des comportements qui empêchent que l'on puisse vivre ensemble en paix et qui empêchent que des communautés s'écharpent sur notre sol".

Partager cet article

Pour en savoir plus