Monoxyde de carbone : plus de 300 intoxications depuis septembre, l'alerte de l'ARS

Par , publié le
Santé
Illustration. Un thermostat de radiateur.

Suite aux 305 intoxications au monoxyde de carbone observées depuis le 1er septembre dernier, l'Agence régionale de santé de Corse donne l'alerte et rappelle les mesures à respecter pour prévenir ce genre d'incidents.

L'hiver semblant avoir pris ses quartiers plus tôt que prévu, avec des températures flirtant ainsi volontiers avec zéro depuis quelques jours dans plusieurs régions de France, il est apparu logique de rallumer les chauffages. Avec parfois de regrettables conséquences qui n'ont d'ailleurs pas attendu le retour du grand froid pour survenir.

Alors que, comme nous le rapporte Pourquoi Docteur ?, 305 intoxications au monoxyde de carbone ont été enregistrées depuis le 1er septembre dernier, l'Agence régionale de santé (ARS) de Corse fait résonner le signal d'alarme sur la situation et rappelle "les précautions à prendre avant d'allumer le chauffage".

Précautions pour éviter les intoxications au monoxyde de carbone

Il nous est tout d'abord rappelé que "le monoxyde de carbone est un gaz incolore et inodore, et donc indétectable par l’homme. Sa présence résulte d’une mauvaise combustion, et ce, quel que soit le combustible utilisé (bois, butane, charbon, essence, fuel, gaz naturel, pétrole, propane)."

Premier conseil à suivre donc pour prévenir toute intoxication, celui de "faire systématiquement vérifier et entretenir les installations de chauffage et de production d'eau chaude ainsi que les conduits de fumée (ramonage mécanique) par un professionnel qualifié". Il convient également, selon l'ARS, de "maintenir les systèmes de ventilations en bon état de fonctionnement et ne jamais obstruer les entrées et sorties d'air, même par grand froid".

Des symptômes pas forcément immédiats

Le point suivant à respecter est celui de "respecter les consignes d'utilisation des appareils à combustion prescrites par le fabricant et [de] ne jamais utiliser de façon prolongée un chauffage d'appoint à combustion". Il est enfin recommandé de "placer les groupes électrogènes à l'extérieur des bâtiments".

Une intoxication au monoxyde de carbone se manifeste par des maux de tête, des nausées, une confusion mentale ou encore de la fatigue. Précisons que ces symptômes peuvent mettre un certain temps avant de se déclarer. Une admission à l'hôpital apparaît nécessaire dans le cas d'une intoxication aigüe.

Crédits photos : Shutterstock.com

Partager cet article