ExoMars 2018 : la mission décollera finalement en 2020

Par , publié le | modifié le
Sciences
Représentation de la séparation de la coiffe pendant la phase de lancement d'ExoMars. Vue d'artiste.

La mission d'exploration martienne russo-européenne qui devait quitter la Terre en 2018 partira en 2020. En cause, des problèmes de calendrier technique.

La deuxième partie du programme ExoMars devait décoller en 2018. Mais le rover martien devra garder encore un peu les roues sur notre sol avant de pouvoir s'envoler vers Mars, ont indiqué conjointement l'agence spatiale européenne (ESA) et russe (Roscosmos).

Report d'ExoMars 2018 : un calendrier qui ne passe pas

Dans leur communiqué commun, ESA et Roscosmos précisent que ce retard est dû à "des retards pris par les activités industrielles européennes et russes, ainsi que par les livraisons relatives à la charge utile scientifique". Pourquoi un report de 2 années ? Car il convient d'attendre que la Terre et Mars se trouvent dans des positions permettant un voyage à la distance la plus courte possible.

Cette deuxième partie de la mission d'exploration martienne comporte une plateforme russe, et donc d'un rover, le premier développé en Europe à fouler la Planète rouge. Ce robot est muni d'une foreuse qui sera en mesure de forer le sol sur 2 mètres en profondeur au maximum. Les éléments prélevés feront l'objet d'une analyse chimique mais aussi biologique. Mais pas avant 2020 donc, année où il se verra rouler sur Mars en compagnie de son "confrère" américain, Curiosity.

ExoMars 2016 est déjà en route

Quoi qu'il en soit, la première partie du programme ExoMars est en transit vers Mars. C'ets le 14 mars dernier qu'elle a décollé du cosmodrome russe de Baïkonour à l'aide de la fusée Proton. Un voyage global de 7 mois et quelque 500 millions de kilomètres qui devrait connaître un premier temps fort le 16 octobre. Ce jour, sera largué l’atterrisseur expérimental européen Schiaparelli dont la mission est de tester les phases de pénétration dans l'atmosphère et les moyens d'atterrissage.

Mais avant cela, ExoMars analysera les gaz de la très fine atmosphère martienne, et plus particulièrement ceux à base de carbone, méthane en tête.

Crédits photos : ESA

Partager cet article

Pour en savoir plus