Ministères : de nouvelles économies demandées par Manuel Valls

Par , publié le
Économie Le ministère de l'Economie et des Finances.
Le ministère de l'Economie et des Finances.

Dans ses lettres de cadrage, le premier Ministre demande aux ministères non prioritaires de réaliser 1,9 milliard d'euros d'économies supplémentaires en 2016 et 2 milliards en 2017.

Nouveau tour de vis budgétaire imposé aux ministères par Manuel Valls. Selon Les Echos, les lettres de cadrage marquant les débuts du projet de la loi de finances 2017 demandent 1,9 milliard d'euros d'économies supplémentaires en 2016, et 2 milliards en 2017.

Budget : tenir les 50 milliards d'euros d'économies prévus sur 2015-2017

Dans sa lettre, et toujours selon le quotidien économique, Manuel Valls demanderait ces efforts en vue de réaliser un objectif double; à la fois "financer le plan d'urgence pour l'emploi", et "compenser l'impact de la faible inflation".

Dans le détail, les ministères auront pour tâche de réduire de 2% leurs effectifs, et de maintenir la masse salariale. Le premier Ministre ajoute en outre qu'"aucune mesure catégorielle nouvelle" ne pourra être proposée. Une tâche rendue ardue par le fait que le gouvernement a récemment convenu d'augmenter le point d'indice des fonctionnaires pour 2,4 milliards d'euros en 2017. Pour y parvenir, la lettre de cadrage précise que cette revalorisation sera financée "par des gains de productivité ou toute autre mesure d'économie".

Michel Sapin : "Diminuer progressivement nos déficits"

Le ministre de l'Economie et des Finances Michel Sapin, interrogé sur iTélé, a déclaré : "Nous avons besoin de diminuer progressivement nos déficits, nous le faisons à un rythme qui est un rythme raisonnable (...) L'année prochaine, l'objectif de passer en dessous de 3% de déficit pour l'ensemble des dépenses publiques (...) sera atteint, c'est absolument indispensable pour notre crédibilité".

S'il n'a pas confirmé l'effort de 2 milliards d'euros demandé pour 2017, il a en outre ré-affirmé que comme cela avait été promis par François Hollande, les domaines de l'Education et de la sécurité ne sont pas touchés par ses mesures.

Crédits photos : bensliman hassan/Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus