Migrants : rackettés par "de nombreux médecins" selon la Cimade

Par , publié le
Société Illustration. La carte Vitale
Illustration. La carte Vitale

La Cimade déclare lundi que "de nombreux médecins se livrent à un racket" vis-à-vis des migrants. Des "entorses à la déontologie" que l'association affirme avoir signalé par écrit au ministre de la Santé.

Il y a quelques jours de cela, nous rapportions les suspicions planant au-dessus d'un médecin de l'AP-HP (Assistance publique - Hôpitaux de Paris), ainsi soupçonné d'avoir réclamé de l'argent liquide à des migrants bénéficiaires de l'aide médicale d'État (AME).

Un praticien provisoirement suspendu de ses fonctions depuis mardi dernier, et la direction de l'AP-HP d'avoir signifié qu'en regard de l'avancement de l'enquête sur cette affaire, il semble plausible que "d'autres patients dans des situations comparables [aient] également été amenés à effectuer de tels versements".

Cimade : des "centaines d'euros" demandés par des médecins aux migrants

Et lundi, dans les colonnes du Parisien, l'association Cimade a affirmé que "de nombreux médecins se livrent à un racket". La Cimade apporte son soutien aux migrants dans les démarches visant à faire reconnaître leurs droits. Pour l'association, un certain nombre de praticiens demandent de l'argent à ces personnes en échange d'un certificat médical :

Laura Petersell, en charge de la thématique santé à la Cimade, précise que ces médecins "exigent le paiement de plusieurs centaines d'euros pour établir des certificats médicaux selon lesquels leur pathologie peut ouvrir droit à une demande de titre de séjour sur le territoire national".

Le ministère de la Santé alerté

Et Mme Petersell de rappeler que les migrants n'ont pas, dans la grande majorité des cas, à payer ces médecins  : "Normalement, les migrants, qui sont pris en charge par l'Aide médicale d’État ou la Couverture maladie universelle, n'ont pas à avancer d'argent aux médecins, car la consultation est prise en charge par l'assurance-maladie. Ces précaires n'ont pas non plus à payer des dépassements d'honoraires ! Or nous avons recensé de nombreux témoignages sur ce sujet."

Le ministre de la Santé a été prévenu par écrit de "ces entorses à la déontologie", et a déjà apporté la confirmation que "des demandes d'honoraires de la part des médecins sont indues". Au-delà de ce constat, la Cimade "attend des réponses fortes" du gouvernement sur cette problématique.

Crédits photos : auremar/shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus