Migrants : 4500 secourus en 21 opérations de sauvetage en une journée

Par , publié le
International
Sauvetage d'un navire de migrants en difficulté au large de la Libye par un navire de Médecins Sans Frontières

La journée d'hier a été particulièrement chargée pour les équipes de secours qui ont dû mener pas moins de 21 opérations de sauvetage et secourir plus de 4500 migrants.

Hier, samedi 19 septembre, les gardes côte italiens, épaulés par un navire de Médecins Sans Frontières, ainsi que des navires croate, allemand et britannique sont intervenus à 21 reprises pour secourir des migrants en difficulté au large de la Lybie.

4500 migrants secourus lors d'opérations en une seule journée

Les gardes côtes italiens et le bateau de Médecins Sans Frontières ont dû intervenir toute la journée d'hier pour secourir des navires chargés de migrants au large des côtes libyennes. Selon le coordinateur des missions de secours de Médecins Sans Frontières, Simon Burroughs : "Nous avons commencé avant les premières lueurs de l’aube ce matin avec notre premier secours. Nous avons secouru deux embarcations en bois et deux canots pneumatiques".

Les opérations de sauvetage de Médecins Sans Frontières :

Au final d'une journée particulièrement intense, ce sont neuf navires et douze canots pneumatiques surchargés de migrants qui ont été secourus et devraient être acheminés vers l'Italie ou la Grèce. Le chaos régnant en Libye a fait du pays une véritable plaque tournante pour l'immigration vers l'Europe.

Une traversée particulièrement dangereuse

La distance séparant la Libye de l'île de Lampedusa n'est que de 300 Km environ. Ce n'est pas tant la distance qui rend la traversée périlleuse mais bien plus la vétusté de certains navires, la fragilité de certaines embarcations pneumatiques et le fait d'être en surcharge qui sont à l'origine des détresses en mer que rencontrent les migrants tentant la traversée.

Les passeurs ne se trouvent pas à bord des embarcations. Ils désignent un migrant à qui ils offrent le passage afin de la diriger. Bien évidemment le manque d'expérience en mer de ces marins désignés ajoute un risque considérable pour l'embarcation. Près de 2750 migrants ont ainsi trouvé la mort en tentant la traversée depuis le début de l'année, faisant de cette voie maritime la plus meurtrière des mers du globe.

Partager cet article

Pour en savoir plus