Melania Trump : le Daily Mail condamné pour l'avoir qualifiée d'"escort-girl"

Par , publié le | modifié le
International
Melania Trump, femme du candidat républicain.

Le Daily Mail vient d'être notamment condamné à verser plus de deux millions d'euros à Melania Trump pour avoir qualifié la femme du président américain d'"escort-girl" dans un article publié en août dernier.

C'est une qualification qui aurait pu rester dans les pages du Daily Mail sans passer par la case justice, d'autant plus que la campagne présidentielle américaine s'est voulue particulièrement mouvementée et qu'il pouvait ainsi apparaître peu pertinent de cibler ce fait précis.

Mais cet article du tabloïd britannique publié en août dernier n'a pas du tout été du goût de Melania Trump, compagne de celui qui allait, quelques mois plus tard, être élu chef d'État de la première puissance économique du monde. Le Daily Mail affirmait ainsi que la future première dame des États-Unis avait été escort-girl dans les années 1990.

Daily Mail : 2 millions d'euros à verser à Melanie Trump

Dans ses propos alors tenus, le tabloïd avait précisé que durant sa carrière de top-model, Melania Trump "proposait des services au-delà du simple mannequinat". Et que Donald et elle-même s'étaient en fait rencontrés trois ans avant la version officielle. Des allégations que la principale concernée n'aurait alors que très peu appréciées, pour alors poursuivre le Daily Mail et lui réclamer 150 millions de dollars de dommages et intérêts.

Au final, si la justice a donné raison à Melania Trump quant au préjudice subi, le Daily Mail n'écope "que" d'une amende de plus de deux millions et demi d'euros à verser à la plaignante.

Des excuses présentés sur le site internet du tabloïd

Mercredi, le tabloïd a publié un article sur son site internet dans lequel il présente ses excuses à la femme du président américain :

"Nous acceptons que ces allégations concernant Mme Trump ne soient pas vraies, et que nous nous rétractions et les retirions. Nous nous excusons auprès de Mme Trump pour toute la douleur que notre publication lui a causée. Afin de mettre un terme aux deux procès que Mme Trump a intentés contre nous, nous avons accepté de lui verser des dommages et intérêts."

Crédits photos : Debby Wong / Shutterstock.com

Partager cet article