Médicaments Non Utilisés : 80% de retours en pharmacie

Par , publié le | modifié le
Société Des médicaments. photo d'illustration.
Des médicaments. photo d'illustration.

L'association Cyclamed annonce que 80% des Français rapportent leurs Médicaments Non Utilisés chez le pharmacien, traduisant ainsi un "niveau de tri élevé". Le gisement de ces MNU s'est d'ailleurs révélé moindre de 10% en 2015 par rapport à l'année précédente.

Le bilan dressé par l'association Cyclamed concernant la collecte, en 2015, des Médicaments Non Utilisés (MNU) en pharmacie semble apparaître globalement positif par rapport à l'année précédente. Une collecte qui s'est ainsi voulu plus importante de 0,4%, tandis que le gisement de MNU dans les foyers a été moindre de 10% (avec un poids de 323 grammes à l'instant T).

Il s'avère également que l'année passée, 185 grammes par habitant et par an "de Médicaments Non Utilisés, périmés ou non, ont été valorisés". Et l'enquête conduite par le CSA d'avoir également révélé un "niveau de tri élevé" chez les Français, ces derniers ayant en effet été 80 % à avoir déclaré "déposer leurs Médicaments Non Utilisés (MNU) chez le pharmacien, dont 3⁄4 d’entre eux les rapportent toujours."

80% des Français rapportent leurs Médicaments Non Utilisés chez le pharmacien

Cyclamed parle d'un "taux qui se renforce au fil des années" et d'une action principalement réalisée par "les plus de 50 ans (86%), les femmes (85 %)" ainsi que "les personnes habitant des communes rurales".

Et alors que le gisement en masse annuel des MNU était de 358 grammes par foyer en 2014, d'où les -10% constatés pour les chiffres de 2015, on apprend de même qu'"il a diminué de 200 tonnes entre 2014 et 2016, soit alors que le nombre de foyers a augmenté de 500 000."

Une consommation et des prescriptions en baisse

Quant au tonnage réel de MNU collectés, il a été 12.108 tonnes en 2015, ce qui représente, comme indiqué plus haut, une hausse de +0,4 % par rapport à 2014. Selon l'association, les baisses de gisements relevées peuvent notamment s'expliquer par la baisse de la consommation des médicaments et des prescriptions, à laquelle s'ajoutent "les campagnes sur le Bon Usage faites par les autorités et les professionnels de santé" et la "vigilance accrue des citoyens vis-à-vis des médicaments".

À la lumière de ces éléments, le président de Cyclamed Thierry Moreau-Defarges cité par Actu Santé .net considère que "les français gardent de moins en moins de médicaments dans leur armoire à pharmacie, [...] respectent mieux leurs traitements et qu’il y a moins de gaspillage".

Crédits photos : Laborant/Shutterstock.com

Partager cet article