Médicaments : lesquels favorisent une prise de poids ?

Par , publié le
Santé
Illustration. Les complexes physiques.

Dans son livre, un professeur de pharmacie désigne un certain nombre de médicaments pouvant être à l'origine d'une prise de poids, comme les antidépresseurs dont l'effet n'est cependant pas irréversible.

Une prise de poids peut s'expliquer de multiples façons, et il est un facteur que l'on pourrait négliger du fait d'une information pas forcément très connue : les médicaments. Certains peuvent ainsi être à l'origine de quelques kilos supplémentaires, comme l'indique le professeur de pharmacie François Chast dans son livre Les médicaments en 100 questions.

Il s'avère par exemple que plus de 40% des patients traités pour des troubles bipolaires par le lithium (Teralithe) ou le valproate (Depakine, Depakote, Depamide) enregistrent une prise de poids. Et nos confrères de Ouest-France de rapporter une liste d'un certain nombre de médicaments susceptibles de faire grossir.

Prise de poids : antidépresseurs, des médicaments à surveiller

On y trouve les antidépresseurs tricycliques tels que l’imipramine (Tofranil) et les autres types d'antidépresseurs comme la mirtazapine (Norset), la paroxetine (Deroxat), la fluoxetine (Prozac) ou encore la mianserine (Athymil). Y figurent aussi les neuroleptiques comme la clozapine (Leponex), l’olanzapine (Zyprexa), la chlorpromazine (Largactil), le risperidol (Risperdal) et l’haloperidol (Haldol).

Les kilos amassées par l'administration de ces médicaments sont loin d'être négligeables car ils représentent en effet 10% du poids du malade. Une masse qui se perd toutefois, du moins partiellement, à partir de la fin du traitement.

Œdèmes : le risque des corticoïdes

Il est précisé qu'à l'instar du vieillissement, plusieurs médicaments dépresseurs du système nerveux peuvent favoriser une baisse de l'activité physique. De ce fait, les dépenses caloriques apparaissent moins nombreuses.

Autres médicaments concernés par une prise de poids, les anabolisants (hormones de croissance) et les bêtabloquants comme l’atenolol (Tenormine) et le metoprolol (Lopressor). Il convient d'ajouter à ce répertoire les médicaments pouvant provoquant une hausse de la masse par accumulation d'eau. Ls corticoïdes sont par exemple désignés comme redistribuant les graisses et favorisant les œdèmes. Si les traitements évoqués sont parfois nécessaires, une information complète et une prise en charge adaptée du patient peuvent suffire à lui faire vivre du mieux possible leurs effets indésirables.

Crédits photos : Shutterstock.com

Partager cet article