Médicaments anti-cancer : des cancérologues dénoncent leur cherté

Par , publié le
Santé Des médicaments. photo d'illustration.
Des médicaments. photo d'illustration.

Une centaine de professionnels de santé dénoncent aujourd'hui, dans les colonnes du Figaro, les prix "absolument fous" auxquels sont proposés les médicaments anti-cancer.

Les médicaments anti-cancer sont vendus à des tarifs dépassant l'entendement. Voilà, en substance, le message lancé par cent dix signataires d'un texte appelant à ce que les prix pratiqués soient maîtrisés et ce sans délai, alors que les coûts liés à la recherche et au développement ont, nous dit-on, diminué.

Dans cette pétition publiée mardi dans les colonnes du Figaro, cancérologues et hématologues demandent pour commencer à ce que soit défini "un juste prix pour les médicaments du cancer, basé sur les sommes investies par les industriels pour la R&D du produit [...], auquel s'ajouterait un retour sur investissement raisonnable, éventuellement défini a priori".

Traitements trop chers : la pétition de 110 cancérologues et hématologues

Le texte requiert également des autorités compétentes une démocratie et une transparence plus affirmées au niveau du système d'arbitrage des prix. Troisième doléance, celle de refuser "les extensions de durée des brevets que la rapidité du développement des nouvelles thérapeutiques ne justifie pas". Enfin, cette centaine de professionnels de santé souhaitent que les pays en développement obtiennent l'autorisation de recourir à des licences obligatoires.

Des prix disproportionnés vis-à-vis de la R&D

Jean-Paul Vernant, l'un des instigateurs de la pétition officiant à l’Université Pierre et Marie Curie en qualité de professeur d'hématologie, a expliqué au micro de France Info que "ce que nous craignons, c’est le sens de cet appel, c’est que notre système de santé solidaire soit mis à mal par ces prix absolument fous". Et d'ajouter que "le prix qui est demandé dépend de la capacité que le marché a de payer. […] Un prix qui n’a rien à voir avec ce que la molécule a coûté en recherche et développement". En donnant ainsi l'exemple du Glivec, "efficace dans le traitement de la leucémie myéloïde chronique, coûte entre 30.000 et 40.000 euros par an selon la dose en France. Alors que les Indiens fabriquent le générique pour 150 à 200 euros pour la dose annuelle."

Crédits photos : Laborant/Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus