Médecins généralistes : une baisse globale depuis 2007

Par , publié le | modifié le
Santé Un médecin à l'hôpital (photo d'illustration)
Un médecin à l'hôpital (photo d'illustration)

D'après le 10e atlas annuel du Conseil national de l'ordre des médecins, le nombre de généralistes apparaît en baisse depuis 2007, et plus particulièrement en Île-de-France.

La situation actuelle des médecins généralistes n'incite pas forcément à l'optimisme. Alors que l'on apprenait il y a peu que l'Assurance Maladie n'excluait pas de relever le montant des consultations à 25 euros pour ces praticiens, le secteur apparait ainsi moins fourni que par le passé.

Un récent rapport du Conseil national de l'Ordre des médecins (Cnom) révélait une baisse du volontariat chez les généralistes dans le cadre de gardes de nuit ou de week-end. Et comme pour confirmer une présence de moins en moins affirmée de ces médecins dans le paysage français, le 10e atlas annuel du Cnom présenté vendredi indique qu'entre 2007 et 2016, le nombre de généralistes a diminué de 8% en moyenne dans l'Hexagone.

Île-de-France : baisse de 18,7% des généralistes depuis 2007

Il n'y a guère que dans l'Ouest que la tendance est à la hausse, avec des médecins généralistes apparaissant ainsi plus nombreux de 0,4% en Bretagne et d'1,3% en Pays de la Loire. C'est dans le Nord et l'Est de la France que les baisses se veulent les plus prononcées, la région Île-de-France se positionnant en tête avec un taux de -18,7%.

Suivent le Centre-Val de Loire avec -13,1% et les Hauts-de-France avec 10,3% de généralistes en moins depuis 2007. La seule autre région à dépasser les 10% se trouve être la Provence-Alpes-Côte d'Azur, la Corse affichant quant à elle le recul le moins fort avec un score de -0,4%.

Une chute appelée à durer

Il convient toutefois de nuancer ces chiffres, comme le rapportent nos confrères de ladepeche.fr. Le Cnom indique en effet que la "France n'a jamais dénombré autant de médecins", même si les données récoltées font état d'"augmentations significatives" du nombre de médecins "temporairement sans activité" et de "remplaçants".

Et de pressentir un maintien plus ou moins fort de cette baisse du nombre de médecins généralistes pendant encore de nombreuses années : "Ils connaissent une chute inexorable, et ce, de manière préoccupante puisque cette chute devrait se poursuivre jusqu'en 2025 et pourrait se traduire par la perte d'un médecin généraliste sur quatre durant la période 2007-2025".

Crédits photos : lenetstan/shutterstock

Partager cet article