Marseille : Des policiers revêtent des habits religieux musulmans pour arrêter un suspect

Par , publié le | modifié le
Faits Divers
Photo d'illustration. Une patrouille de police à pied à Paris.

Une vidéo montrant des policiers habillés en vêtements traditionnels musulmans interpeller un suspect fait le buzz sur le web.

En quelques heures, la vidéo est devenue virale. Le 1er février, un utilisateurs poste sur Twitter la vidéo de l'arrestation d'un dealer de drogue dans un quartier de Marseille.

Une scène presque quotidienne diront certains, sauf que dans le cas présent, les policiers s'étaient "déguisés" en habits religieux musulmans pour tromper la vigilance du suspect. Les voix s'élèvent sur la toile pour dénoncer le procédé utilisé par les forces de l'ordre.

Les policiers en Qami et un voile intégral

Dans la vidéo relayée en masse sur la toile, on peut d'abord voir deux personnes en habits religieux, l'une portant le kamis (vêtement long porté traditionnellement par les hommes musulmans) et jilbab (un vêtement féminin composé d’une longue robe et d’une capuche couvrant corps et cheveux) arpenter les rue du quartier de la Bricarde, dans le 15e arrondissement de Marseille.

Mais en une seconde, tout s'accélère. Les deux personnes se jettent sur un autre homme et tout s'éclaire lorsqu'une troisième personne, en fait un policier, vient leur prêter main forte. On comprend alors que les deux personnes portant des vêtements musulmans était eux-aussi des policiers en service.

 

1,2 kilos de cannabis

Si l'opération est un succès car les policiers retrouveront 1,2 kilos de cannabis sur la personne interpellée, on peut légitimement s'interroger sur la méthode mise en place par les forces de l'ordre.

Certains internautes se disent choqués de l'utilisation d'habits religieux pour tromper la vigilance du malfaiteur alors que d'autres peinent à croire ce qu'ils voient dans la vidéo.

Du côté de la Police, le procédé est décrit comme tout ce qu'il y a de plus classique. Le directeur de la sécurité publique des Bouches-du-Rhône a expliqué à La Provence que "l'utilisation de subterfuges pour approcher au plus près d'une scène d'infraction a toujours existé dans la police et existera toujours! Le but est de procéder à des interpellations par surprise afin de ne pas créer de troubles supplémentaires, et cela a été le cas pour celle-ci."

Crédits photos : Tutti Frutti / Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus