Marseille : des hommes braquent un convoyeur de fonds avec une fausse ceinture d'explosifs

Par , publié le
Faits Divers
Photo d'illustration. Police nationale

Vendredi matin près de Marseille, un convoyeur de fonds a été braqué par plusieurs hommes lui ayant fait enfiler ce qui s'avèrera une fausse ceinture d'explosifs. Les malfaiteurs ont été interpellés.

Les faits se sont déroulés vendredi dernier non loin de Marseille. Un convoyeur de fonds a été braqué par plusieurs hommes qui l'ont menacé avec une fausse ceinture d'explosifs.

Peu avant 7h00, un fourgon blindé de la Brinks est contraint, par deux véhicules, à s'arrêter sur l'autoroute A55. Un homme vêtu d'une cagoule sort alors de l'une des voitures et vient menacer le convoyeur de fonds avec une arme. Celui-ci, âgé de 26 ans, est forcé de faire monter son braqueur à bord et de se rendre ensuite à la zone commerciale de Plan de Campagne, située sur les communes des Pennes-Mirabeau et de Cabriès comme nous le précise 20minutes.fr.

Braquage à la fausse ceinture d'explosifs  : 70.000 € volés

Une fois sur place, deux hommes sortent des véhicules et viennent rejoindre celui présent dans le fourgon. Les intentions des malfaiteurs deviennent plus claires : de l'argent liquide en masse. Pour parvenir à leurs fins, ils font porter au convoyeur de fonds une ceinture supposément chargée d'explosifs.

Une enquêtrice souligne à ce sujet : "ils le préviennent que s’il n’accède pas à leur requête, la ceinture explosera". Le convoyeur de fonds se voit contraint d'ouvrir un distributeur de billets de la galerie du magasin Géant Casino, permettant à ses braqueurs de mettre la main sur 70.000 euros.

Les trois malfaiteurs interpellés

Les trois malfaiteurs ont ensuite déposé leur victime, non heurtée physiquement, dans la campagne de Gignac (Bouches-du-Rhône) avant de fuir. Le convoyeur a alors donné l'alerte, conduisant les agents de la Brigade de la répression du banditisme de la police judiciaire de Marseille à agir.

Le trio, composé d'hommes de 25 à 30 ans, a été interpellé quatre heures plus tard. Des individus déjà connus des services de police et qui ont fait l'objet d'une perquisition. L'occasion pour les autorités de découvrir que l'arme de poing et la ceinture d'explosifs utilisées dans le braquages étaient factices. Les trois hommes ont été placés en garde à vue et présentés lundi matin au parquet de Marseille, où il était attendu qu'ils soient mis en examen.

Crédits photos : GERARD BOTTINO / Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus