Marseille : un homme de 40 ans abattu de plusieurs balles

Par , publié le | modifié le
Faits Divers L'ambulance des pompiers (photo d'intervention)
L'ambulance des pompiers (photo d'intervention)

Hier soir, un homme de près de quarante ans, apparemment non lié au banditisme, a été abattu de plusieurs balles dans un guet-apens. Le crime s’est produit dans le 13ème arrondissement de la citée phocéenne.

Vers 19h hier soir, dans le 13ème arrondissement de Marseille, un homme de près de quarante ans a été tué par plusieurs tirs d’arme alors qu’il garait sa moto. Cet assassinat, à priori préparé, ne semble pourtant pas être lié au trafic de drogue ou au banditisme comme c’était généralement le cas lors des 21 précédents crimes similaires, commis depuis le début de l’année dans le département des Bouches-du-Rhône.

Un père de famille tué par plusieurs balles à Marseille

Les faits se sont déroulés dans une petite rue d’un quartier sensible du 13ème arrondissement de Marseille. Selon une source policière, l’homme était en train de garer sa moto aux alentours de 19h lorsqu’un individu cagoulé est sorti d’un véhicule et l’a abattu de plusieurs balles avant de prendre la fuite.

La victime, touchée à la tête et au thorax, n’a pu être réanimée par les secours et son décès a été prononcé sur place. L’homme aurait été « touché à 7-8 reprises ». Le drame s’est déroulé sous les yeux de l’un de ses fils, âgé d’une vingtaine d’années.

Un crime qui ne semble pas lié au banditisme ou au trafic de drogue

Selon une source policière, même si cet assassinat a été commis dans une zone proche des quartiers connus comme étant des centres du trafic de drogue, « rien ne laisse penser qu'il s'agit d'un règlement de comptes » lié au banditisme marseillais ou au trafic de stupéfiants. Le procureur de la République de Marseille a par ailleurs précisé que la victime « n'était pas connue récemment des services de police » avant d’ajouter que l’absence de mobile évident « ne permet pas de s'orienter vers un règlement de comptes », malgré le fait que « le guet-apens »ainsi que « la préméditation » du crime soient évidents.

Ce nouveau crime par balle vient s’ajouter aux 21 autres commis dans le département depuis le début de l’année. Ces règlements de compte, généralement liés au grand banditisme ou au trafic de drogue, sont en croissance exponentielle. 19 personnes avaient trouvé la mort dans de telles circonstances l’an passé, 18 en 2014 et 17 en 2013. 2016 compte déjà, fin août, 22 règlements de compte.

Crédits photos : © AFP/Archives Thierry Zoccolan

Partager cet article

Pour en savoir plus