Mars : une lune en moins, un anneau en plus

Par , publié le
Sciences La lune de Mars, Phobos.
La lune de Mars, Phobos.

Ce n'est pas pour tout de suite, mais la planète Mars pourrait perdre sa lune Phobos et en conséquence, se parer d'un anneau à la manière de Saturne.

D'accord, nous ne serons pas là pour assister à ce scénario. Mais une étude publiée dans la revue Nature Geoscience lundi suggère que Mars pourrait perdre l'une de ses deux lunes, Phobos. Cette dernière devrait se désintégrer, et ses débris parer la planète rouge d'un anneau.

Phobos se rapproche de Mars

D'où vient cette hypothèse ? La sonde européenne Mars Express, lancée en 2003 a survolé plusieurs fois cette lune à la rotondité irrégulière, d'une circonférence de 70 kilomètres. Il se trouve que Phobos est majoritairement constituée de débris. En fait, 25% de sa composition se trouve être... de l'espace vide.

Mais savoir de quoi elle est faite ne suffit pas à expliquer cette histoire de désintégration. Benjamin Black, qui travaille à l'université de Berkeley et qui est l'un des auteurs de l'étude, explique : "Les scientifiques savent depuis plusieurs décennies que Phobos se rapproche lentement de Mars, à une vitesse de quelques centimètres par an".

Un anneau pour Mars dans 20 à 40 millions d'années ?

La conséquence est aisée à deviner : la force gravitationnelle de la planète finira par provoquer la dislocation de cette lune. Sa matière la plus résistante ira percuter la surface de Mars en créant un cratère, quand les débris les moins denses s'éparpilleront dans son voisinage. Selon les scientifiques, ce phénomène pourrait avoir lieu dans 20 à 40 millions d'années. Quant à l'anneau, il "pourra avoir une durée de vie de 1 à 100 millions d'années, suivant la distance séparant Mars et Phobos au moment où la lune se brisera". A la fin du processus, ces mêmes débris seront inexorablement attirés par Mars.

Ce qui est déjà visible sur Phobos, ce sont des rainures à sa surface. Elles pourraient selon la NASA être la conséquence des forces de marée gravitationnelle entre les deux corps célestes. Des signes avant-coureurs d'une fin tragique pour la fragile Phobos ?

Quoi qu'il en soit, un tel scénario ne devrait pas se produire avec ces deux autres acteurs que son la Lune et la Terre, notre satellite naturel s'éloignant de nous de 4 centimètres chaque année.

Crédits photos : Nasa

Partager cet article

Pour en savoir plus