Au Maroc, deux adolescentes vont être jugées pour homosexualité

Par , publié le
Société
Photo d'illustration. Deux femmes se tenant la main.

Surprises en train de s'embrasser sur le toit d'un immeuble, les deux jeunes femmes de 16 et 17 ans seront jugées vendredi.

Le 27 octobre dernier, deux adolescentes de 16 et 17 ans ont été arrêtées et emprisonnées à Marrakech. Photographiées en train de s'embrasser, elles seront jugées vendredi pour homosexualité.

C'est Omar Arbib, membre de l'Association marocaine des droits humains (AMDH), qui a fait part de cette nouvelle à l'AFP.

L'homosexualité, un délit au Maroc

Dans le pays, c'est l'article 489 du Code pénal qui juge délictueux "les actes licencieux ou contre-nature avec un individu du même sexe". Omar Arbib précise les faits : "Elles ont été surprises sur le toit d'une maison du quartier de Hay Mohammadi en train de s'embrasser et de s'enlacer. Quelqu'un les a prises en photo, a transmis le cliché à la famille dont un membre a prévenu la police".

Un avocat a été désigné par l'AMDH pour aider Hajar et Sanaa dans leur défense. M. Arbib ajoute que "leurs familles n’ont pas été autorisées à les rencontrer" depuis qu'elles ont été placées en détention.

Des procès qui se multiplient

Au printemps de cette année, deux hommes avaient été emprisonnés alors qu'ils venaient d'être victimes d'une agression à caractère homophobe. Ils avaient été libérés au bout de quelques semaines.

Le sujet de l'homosexualité est encore tabou dans ce pays du Maghreb. A L'Observatoire international, rappelle LCI, un Marocain d'une trentaine d'années avait confié : "Malheureusement, aujourd'hui au Maroc, quand on a 15 ans et qu'on commence à se sentir plutôt attiré par les hommes, on est perdu. Il n'existe aucune référence, aucun modèle. Il n'y a pas de visibilité gay. On se sent isolé. Il y en a qui croient être les seuls. Dans ces conditions, il est difficile de s'accepter comme tel. On se dit alors qu'on est peut être bisexuel ou que c'est passager…".

Crédits photos : Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus