Le "Manifeste pour la pharmacie française" de la profession

Par , publié le
Santé Les rayons d'une pharmacie. Photo d'illustration.
Les rayons d'une pharmacie. Photo d'illustration.

En péril, les officines françaises ? C'est ce qu'affirment la quasi-totalité des représentants des pharmaciens qui avancent être dans une situation économique "catastrophique".

Mardi, dans un manifeste signé par les organisations du secteur de la pharmacie d'officine, le terme de situation "économique catastrophique" a été avancé. Aux autorités, elles demandent que soit évaluée à la hausse leur rémunération, et que la profession soit "réformée".

Pharmacies françaises : des fermetures en pagaille

Parmi les 9 organisations ayant signé cet appel au secours figurent les deux principaux syndicats des pharmaciens (FSPF, USPO), l'Ordre national des pharmaciens, la Chambre syndicale des groupements et enseignes de pharmacies (Federgy), l'Association de pharmacie rurale (APR).

Et elles dénoncent : "La rémunération des pharmacies d'officine est en forte diminution pour la deuxième année consécutive. La perte s'accélère encore en 2016 avec une chute de plus de 2% sur les quatre premiers mois de l'année". Dès lors, la profession déplore des "fermetures brutales", ce qui "remet en cause le maillage territorial".

Quant aux emplois, ils sont aussi menacés, les organisations précisant que 120.000 salariés, mais aussi 6.500 apprentis, vivent de la profession.

Une réforme est demandée

Ainsi, le texte appelle "le gouvernement à s'engager avant le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (présenté à l'automne) pour fixer un cadre économique clair". Philippe Gaertner, qui préside la FSPF, insiste : "Il n'est plus acceptable qu'année après année la pharmacie d'officine ne soit pas traitée de la même manière que l'ensemble des acteurs".

Quant à Gilles Bonnefond, président de l'USPO, il menace clairement : "S'il n'y a pas un intérêt de la part du ministère de la santé sur la réforme de la profession avec une stratégie (...) et une enveloppe prévue pour" le budget de la Sécurité sociale, la réponse des officines "sera terrible". En outre, lors d'une conférence de presse, M. Gartner a tenu à rappeler que "La rémunération des pharmaciens d'officine baisse alors que les dépenses de santé doivent augmenter d'1,75% en 2016 puis en 2017".

Crédits photos : Shutterstock.com

Partager cet article