Maladies cardio-vasculaires : les femmes de plus en plus touchées

Par , publié le
Santé Photo d'illustration. Une femme atteinte d'une douleur cardiaque.
Photo d'illustration. Une femme atteinte d'une douleur cardiaque.

Les maladies cardio-vasculaires touchent de plus en plus de femmes, et pas forcément à un âge avancé. Si elles sont plus conscientes du risque qu'auparavant, celui-ci demeure sous-estimé.

C'est un fait, les maladies cardio-vasculaires atteignent de plus ne plus les femmes, même jeunes. A l'occasion de la journée mondiale du coeur qui aura lieu mardi, les professionnels veillent à alerter sur des dangers plus accrus.

Depuis 2000, 3 fois plus d'infarctus chez les femmes jeunes

Le chiffre est impressionnant, et c'est la présidente de la Fédération française de cardiologie qui le rappelle : "Les infarctus du myocarde chez les femmes de moins de 50 ans ont triplé ces quinze dernières années", indique Claire Mounier. Il est un fait fondamental qui différencie les femmes des hommes en cas de crise cardiaque, celui des symptômes. En effet, si ces derniers peuvent ressentir une violente douleur dans la poitrine et le bras gauche, cela est le cas chez les premières dans un grand nombre de cas.

Pour les femmes, on parle plus d'essoufflement, de nausées, de grande fatigue ou encore de douleur au milieu du dos. Et quand les femmes ne rechignent pas à alerter un médecin ou les secours, les professionnels placent souvent ces symptômes sous l'appellation de "crise d'angoisse". De là à dire qu'elles sont moins bin prises en charge que les hommes, il n'y a qu'un pas.

Des risques cardio-vasculaires sous-estimés

Pire, une étude française affirmait en 2011 que 40% des hommes hospitalisés en soins intensifs en cardiologie, et 31% des femmes, estimaient que l'infarctus est moins grave chez une femme. Pourtant, ces maladies sont bien la première cause de mortalité en France pour ces dernières (infarctus en tête, suivi de l'AVC et autres maladies liées au coeur).
Les risques sont particulièrement accrus dans la population féminine de plus de 35 ans, fumeuse et sous contraceptif liant oestrogènes et progestatifs. Autres terrains favorables ? L'obésité qui est en constante augmentation parmi les jeunes femmes de 18 à 25 ans. La ménopause est également une période importante car les risques d'hypertension vont augmentant avec la prise de substituts hormonaux.

Crédits photos : Shutterstock.com

Partager cet article