Le maire de Londres en guerre contre les représentations "irréalistes" du corps dans les publicités

Par , publié le
International Le maire de Londres, Sadiq Khan
Le maire de Londres, Sadiq Khan

Les représentations "irréalistes" du corps dans les publicités pourraient bientôt disparaître des réseaux de métro et de bus de la capitale britannique, c'est en tout cas le souhait du nouveau maire Sadiq Khan.

Avant d'être élu maire de Londres il y a quelques semaines, le candidat Sadiq Khan avait fait de la lutte contre les publicités sexistes l'une de ses promesses de campagne. C'ets désormais chose faite : "En tant que père de deux adolescentes, je suis extrêmement préoccupé par ce genre de publicités qui peuvent rabaisser les gens, en particulier les femmes, et leur faire avoir honte de leur corps. Il est grand temps d'y mettre fin".

La compagnie de transports londoniens devra réguler les publicités

Ainsi, les campagnes publicitaires pouvant créer chez les utilisateurs des transports en commun londoniens (Transport for London, TfL) des "problèmes de confiance en soi liés à leur corps" vont être bannies dès le mois de juillet.

Le tweet du maire de Londres, Sadiq Khan

Le tweet du maire de Londres, Sadiq Khan

Et c'est un comité de surveillance qui sera en charge de ce type de filtrage des pubs. Et Sadiq Khan est intransigeant : "Pendant les déplacements en métro ou en bus, personne ne devrait se sentir oppressé par des attentes irréalistes liées à son corps. Je veux envoyer un message clair aux publicitaires sur ce point".

TfL, 1,9 milliards d'euros de revenus publicitaires pendant les 8 prochaines années

Le Financial Times, et c'est Le Monde qui s'en fait l'écho en France, a calculé que la société de transports pourrait tirer 1,5 milliard de livres, soit près de 2 milliards d'euros, de la publicité pendant les 8 prochaines années. Pour autant, cette nouvelle mesure anti-sexisme ne devrait pas beaucoup chahuter ce chiffre assez vertigineux.

Et le directeur commercial de la compagnie de transports, Grael Craig, semble s'en accommoder plutôt bien, lui qui a déclaré récemment : "Nos usagers ne peuvent pas éteindre la télévision ou tourner la page si une publicité les blesse ou les énerve. Il est de notre devoir de faire en sorte que nos publicités soient adaptées à cet environnement unique".

Crédits photos : Martin Hoscik / Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus