Lyon : un médecin mis en examen pour avoir voulu faire disparaître sa femme

Par , publié le
Faits Divers Photo d'illustration. La balance de la justice.
Photo d'illustration. La balance de la justice.

Un médecin généraliste lyonnais de 63 ans a été mis en examen pour "tentative d'assassinat" et "association de malfaiteurs". Il est ainsi soupçonné d'avoir voulu se débarrasser de son épouse.

Tout ou presque semblait avoir commencé après l'ouverture d'une information judiciaire à l'encontre d'un médecin généraliste officiant à Lyon. Un proche du couple que le praticien de 63 ans formait avec sa femme avait ainsi exprimé sous X ses soupçons quant à une supposée intention du médecin de faire éliminer son épouse.

Suite à cette audition, le praticien avait été mis sous écoute. Et MYTF1News de rapporter que cette décision aura conduit les enquêteurs à récolter des informations possiblement compromettantes. Le médecin a en effet été entendu se confier à un très proche ami sur son désir d'acquérir une arme, puis d'engager un tueur à gages pour se débarrasser de sa femme dont il était séparé depuis six mois.

Médecin de 63 ans, il aurait voulu engager un tueur à gages pour éliminer son ex-épouse

Son interlocuteur tentera alors de le ramener à la raison, et le praticien de lui signifier alors une autre de ses volontés, celle de se rendre à une réunion familiale durant les fêtes de Noël, alors qu'il n'y avait pas été invité. Une intention qui, nous dit-on, aura motivé les autorités à agir au plus vite, et donc de procéder à l'interpellation du médecin le 23 décembre dernier.

"Une personne dépressive" qui avait lancé "des paroles en l'air"

Le suspect nie désormais avoir jamais eu l'intention de faire assassiner sa femme. Il fait d'ailleurs l'objet d'une hospitalisation après avoir tenté de mettre fin à ses jours lors de son arrivée à la maison d'arrêt de Lyon-Corbas. Son avocat Me Chebbah a confirmé samedi sa mise en examen et son placement en détention. Il dénonce l'absence d'éléments probants dans cette affaire : "Mis à part ces écoutes, rien n'indique qu'il aurait pu passer à l'acte. On ne se base que sur une intention". En ajoutant que son client est "une personne dépressive" ayant "des difficultés d'ordre psychiatrique". Et de poursuivre : "Il explique que ce n'était que des paroles en l'air; qu'il n'avait nul besoin de rechercher une arme puisqu'il avait un fusil à son domicile et qu'il n'a pas non plus de mobile financier ou passionnel." Toujours selon Me Chebbah, le praticien envisageait de se suicider pendant les fêtes de Noël "en s'injectant un produit dans les veines" devant les yeux de ses proches.

Crédits photos : Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus