Lyon : démantèlement d'un réseau de prostitution chinois, des restaurateurs mis en examen

Par , publié le
Société Prostitution (photo d'illustration)
Prostitution (photo d'illustration)

En octobre dernier à Lyon, un couple de restaurateurs chinois a été mis en examen. Ceux-ci sont soupçonnés d'avoir géré un réseau de prostitution qui leur aurait supposément rapporté 75.000 euros par mois.

Ce n'est qu'en ce dimanche 20 décembre que la gendarmerie rapporte la mise en examen pourtant survenue à la mi-octobre de deux restaurateurs chinois à Lyon. Ces gérants d'un établissement japonais, chacun âgés d'une trentaine d'années, ont été placés en détention provisoire sur la base d'accusations de "proxénétisme aggravé".

Nos confrères de RTL.fr nous informent que les enquêteurs s'étaient mis à la tache après le signalement de "mouvements suspects" de femmes asiatiques dans un hôtel de Bourg-en-Bresse (Ain). Le couple susmentionné, nous dit-on, assurait la gestion de "sept à huit" jeunes femmes d'origine chinoise sur l'ensemble de la France.

Démantèlement d'un réseau de prostitution chinois à Lyon :  un couple gérait les femmes par le net

Les restaurateurs procédaient via des sites internet de petites annonces. Les jeunes femmes amenées à se prostituer séjournaient entre deux à trois semaines au sein d'hôtels, quand elles n'occupaient pas, pour des durées semblables, des résidences hôtelières de province situées entre autres à Belfort, Saint-Étienne ou La Rochelle. Les gérants de ce réseau percevaient 40% du montant des passes effectuées, les 60% restants demeurant alors dans la poche des jeunes femmes.

75.000 euros de bénéfices mensuels selon les enquêteurs

On nous relate de même que l'épouse du restaurateur répondait aux clients par téléphone tandis que son mari allait physiquement récupérer l'argent dû par les prostituées. Les enquêteurs estiment que l'activité illégale du couple leur rapportait 75.000 euros par mois. Les biens de ces restaurateurs ont par ailleurs été saisis, ce qui inclut un appartement à Lyon, trois véhicules, des montres, des sacs de luxe de même que 500.000 euros.

Crédits photos : aerogondo2/Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus