Des lycéens australiens recréent un médicament à 750 dollars pour 20 dollars

Par , publié le | modifié le
Sciences
Photo d'illustration. Un traitement médicamenteux.

L'entrepreneur Martin Shkreli était devenu l'homme le plus détesté du monde en faisant passer le prix d'un traitement contre le paludisme et le sida de 13,5 à 750 dollars. Un groupe de lycéens australiens a réussi aujourd'hui à synthétiser le médicament pour 20 dollars.

L’affaire avait fait le tour du monde et dans le même temps, fait du businessman Martin Shkreli l’un des hommes les plus détestés de la planète. En 2015, ce directeur d’un fonds d’investissement spéculatif rachetait le Daraprim, un traitement contre le sida, avant d’en augmenter le prix de 5400 %.

Aujourd’hui, un groupe de lycéens venus d’Australie a réussi à recréer la formule de ce médicament pour 20 dollars seulement.

De 750 à 20 dollars

L’information a été révélée par les journalistes du Sydney Morning Herald. Ce groupe de lycéens a travaillé sous la coupe d’Alice Williamson, chimiste à l’Université de Sydney. Indigné par l’explosion du prix d’un Daraprim, un médicament placé sur la liste des traitements essentiels par l’OMS, qui est passé de 13,50 à 750 dollars la dose ; ces lycéens ont décidé de synthétiser sa formule pour dénoncer cette injustice.

À partir de 20 dollars seulement de médicaments, les étudiants sont parvenus à recréer la formule du Daraprim, et notamment de son principal principe actif, la pyriméthamine. Pour cette somme dérisoire, les lycéens ont pu produire plusieurs milliers de dollars de cachets à leur valeur actuelle. Le coût d'un dose de leur médicament est estimé à 2 dollars.

Dénoncer l’industrie pharmaceutique

« Nous pensons que cela en dit beaucoup sur la nature de l’industrie pharmaceutique », a déclaré l’un des étudiants à l’origine de ce projet à la presse locale.

En attendant, Turing Pharmaceuticals, société que dirigeait Martin Shkreli lors du rachat de la formule du Daraprim, continue d’avoir l’exclusivité de la vente de ce traitement aux États-Unis. L’homme a depuis trouvé d’autres raisons de se faire détester, en rachetant notamment un album unique du groupe de rap américain Wu Tang Clan et en promettant de ne jamais le diffuser… sauf si Donald Trump remportait la présidentielle Américaine ! En attendant, il a tenu à répondre à l'exploit des étudiants sur Twitter.

Crédits photos : Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus